mardi 31 mai 2011

un còp èra, dos amics - tròç1

Un còp dins un vilatge , èran dos amics. Lo primièr èra grand, bèl òme destrigat, linge, calossut, e quitament  nascut d’una familha borgesa. Mentre que  l’autre pecaire, demorava  miserabla,  laguiós , long coma un jorn sens pan,   qu’èra pas de creire. Quitament , disgraciós amb son nas long , e sas gautas  florits mantuns còps, de botons d'acne. E totes , e son amic primièr se trufavan del qu’ èra un pauc bestiassion , tròp nèci   … Quantes de còps li faguèron creire a d’unas fotralhadas , la tièra n’èra sens fin, de la caça al dahu cuol nud, a consí  far créisser la barba ambe un pauc de mèrda de colomb , de pausar des tendèlas per las  escarabissas , a desnisar las trèvas dins las cròias del  Cabanis. Vos parli d’ una istòria viscuda, al pais de las falguièras e de las ginèstas floridas, un pais de cocuts que canta al fons de la prada cubèrta de narcísses . 
Aquò fa que  la vida es agra , e la tèrra bassa , quora òm i pensa .   
Que me deslarguèsse  e ne’n diriái tròp sens malvolença, mas una mena  de jutjaments de valor ,  d’ oquases a tombarèls, d’una liura e mièjas , e  d'autras condemnacions sens relambi, sens cap de bontat per la raça umana. Pareis que l’òme,  que lo mal tuèsse pas ven pus grand , pus fòrt ? Colhandrisas a molons ! E tombarèls de conarias ….Mas mantuns còps los mots retipan una pensada  reguèrga, e l’arma la  pel d’una  sèrp que volastreja sens fin sus Causses.
La preson darrièr l’aparament de las idèas , que s’emmargan coma los mòbles IKEA ; quitament solidificadas per la susor de las nuèches sens sòm.
La grand ditz jamai de mal de degun. Jamai gausariá dire quicòm de qualqu’un . Totjorn me prechèt de far coma ela. Ditz que de mal parlar es causa de blassaduras de l’arma. Lo qu’insolenta los autres se blassa el tanben, tot sol !  Un :  que jamai jutgèt  los meu jutjaments de valor,  jamai los mespresèt la natura de las meunas paurs. O que disiá que calia  pas  fintar lo cap del camin… Que Dius nos  esperava totes  per perdonar . Sai que Mame cresiá al dieus Catar.
Consí es pichona mon arma, tant teunha , tant tremolanta  al vent maissant del mond, de la libertat que pòt gisclar de pertot,  qu’òm i prenga pas garda, e tot desbordelar de la vida suauda, de la tranquillitat. E òc, cadun son arma, son armadura ,   a son auçada,  mai o mens fòrta , mai o mens menaçada , mas leugièra tala la pluma  d’un aucèl, qu’alisa l’èrba rufa  e  desapareis  al mendre  ventolet ,  causa pichona , amolonada sens pes,  pròcha de la gravitat del non ren , que cal pr'aquò aparar de tota sa fòrça  , e que dança coma la flamba d’una aluqueta .  Alara vos' n prègui , non vos trufetz pas de l’espaurut. Non lausengetz pas la fòrça bruta, instinctiva . Tronatz pas ambe las vòstras idèas davant , tal Zeus amb son tri-dent , las messorgas totas pastadas  de normalitat falsa . S'agís pas de se mostrar del det , d’ èstre de la còla dels lops , cap de canhada , udolant ambe fòrça per non èstre vist entre los autres, o devenir capmèstre

dimanche 29 mai 2011

La Depeche et le marathon des mots......






La Dépêche, marathon des mots  : 800 000 euro.

Normal? Bien ? Bel et beau?

- la télévision occitane , le métro occitan , los noms de carrièra
- difficultés financières de l'Estivada, les calandretas e las enganas
-13 postes de CAPES supprimés en 2011 dont 2 d'occitan
-un missile pour Gadafi coûte 1 million d'euro.
-Conseil Constitutionnel , a gaga: les langues régionales c'est non.
-Jaurès journaliste occitan et socialiste (ou l'inverse) de La Dépêche
-Bousquet un collaborateur émérite de La Dépêche.
- TGV , 500 million sur la table pour Disney land en 3 heures , et combien dessous?
-CSA Baudis et fréquences. Pasqua et les radios libres .
-France terre d'asiles et manque de lithium.
-secu on ferme
-écoles on ferme
-Président nous voilà....
- Jeanne d'Arc le copain de Marine Le Pen( Ruggieri)
-accompagner la mort....
-y a t-il un socialiste jauresien dans la salle ?
Oc....L'oil coûte de plus en plus.


samedi 28 mai 2011

La mort programmée des langues de France



        

Conseil de gagas et servitudes de l'âge. :

Après en avoir délibéré , le conseil des gâteux qui sommeillent , plus souvent qu'ils ne veillent, en croisant l'argent des fourchettes , sur de rituels tournedos Rossini , à la fois inquiet de son taux collectif d'urée, et ravi de cette belle unanimité , que l'on peut observer parfois, lors de la danse des canards, dans les foyers de personnes âgées ou de la fête de centenaires, vient de décider, expressément, de ne rien faire en faveur des langues régionales. Une attitude de conseil courageux , mais gâteux, ( aucun ne paiera pour son amnésie, les chapons sont des clairons à la voix de pipeau. Bref les conseilleurs ne seront pas les payeurs, car ils sont devenus fossiles, ils sont restés au franc) et c'est bien malheureux de perdre la raison , car ce n'est pas d'aimer, c'est de détestation jacobine , à l'heure d' entrer dans cet épisode calamiteux, qui marque une dégradation neuronale massive, sans que l'espoir d'une frappe chirurgicale, ne vienne saper l'avancée de la maladie d'Alzheimer. L'article 74 ou 75 machin chose se trouve là où il est , à la manière de la Lune, d'un rocher , d'un cailloux , d'un brin d'herbe, ont-ils pensé? Mais pensent-ils encore? Déjà bien beau qu'il soit là ce cailloux dans notre chaussure soliloquent-ils, bougons .
Fronce se contrefout de la diversité.
Fronce se moque de la culture et du patrimoine.
Fronce veut que l'univers parle français. Pointalaligne. Repassez dans un siècle on vous fera des musées , voilà le fond de leur pensées aux jean-foutre
Mais Fronce speake de plus en plus anglais... Raison de plus pensent-ils.... peut être? . Ont ils encore aux fonds des yeux, une lueur de compréhension, mis à part quand sonne la cloche de la cantine, et que pètent les bouchons ?
Bref Fronce ressemble de plus en plus à l'une de ces bêtes empaillée que plus personne ne remarque , dans le musée planétaire des sociétés en voie de disparition. Fronce attend depuis mille ans que le cœur de ces langues cesse de battre, tout en célébrant sa grandeur passée .
A aucun moment les vieillards cacochymes (qui aggravent leur taux global de cholestérol, dans le cadre de leur retraite de privilèges ), ne songent à nos aïeux, aux millions d'hommes , de femmes morts pour la liberté...Ne sont-ils pas morts pour Fronce. Pensent-ils?
Les atteintes de l'âge font qu'ils ont oublié tout à fait le message fédérateur, de la liberté , de l'égalité la fraternité. Mais au fond y ont-ils cru un jour?
Fronce veut être adorée pour elle même, et non dans le cadre du contrat universaliste qui nous a pacsé, (mais pour combien de temps encore), nous, les différentes nations du dodécagone (voir la créolité et autres cultures annexes) .
Conseil et amnésie. Immobilisme et tremblement .Tant de prudence fascine. Triste.
Les déambulateurs de messieurs sont avancés. Pour le bois c'est tout droit.
Et visez bien les crachoirs en cuivre, quoi encore .......le Chemin des Dames..? . 
 

mercredi 25 mai 2011

immaculada concepcion


Soi immaculada concepcion.
Que balha la benediccion .
L'ai castigat lo brau colhut
Amb mas popas leugièras.
La bèstia fasiá mai mai Paris mai,
Ausiguèri meu meu Pais meu
Mentre que totes cridavan ole.
Que rajava de sa boca urosa
Lo brave orgasme de Tolosa.
Faèna , corsa de la cocarda,
Un silenci de davalada ,
Entre las ròdas, sul camin.
Èra pas mai qu'una femnòta,
Que se clinava sul riu merdόs.
Per dire a l'aiga tebesa,
Adiu, bèl amor d'estiu,
Soi brau, brave, e banut,
Que brandís son gòt tre que plòu,
quatre gotas de vin roge o blanc
Quatre lagremas vispras ,
Rajèron mantuns còps,
D'unes arcanèls tricolòrs ,
Coma de lagremas de sang,
D'una milgrana mièja mòrta,
D'un còr de novèl nascut
Que sa lenga an desraiçada .
E clavelada sus una pòrta negra.
Per melhor cantar
Lo patiràs del monde.



lundi 23 mai 2011

la dinkie toy- novèla tròç6 ou l'apprentissage du capitalisme FIN

Novèla dinkie toy .e fin.....



Sul pic quicòm me prenguèt las timps. Per malastre que los autres se sarravan d'ela. Alara trapèri un drelh . E tracèri un ceucle a l'entorn de ieu, dins la posca , per marca las raras ,que degun deviá pas passar. E aqui que lo Peque niflèt: « e ben la fisança renha». Respondèri: «coma òm coneis los sants, òm los prega» . Montèri una garda feruna, davant lo ceucle magic que la dinkie toy n'èra justament al mitan.
Vertat qu' aquela traça d'autò èra venguda lo mitan del monde. Aquela meravilhosa veitura roja . Pauc a pauc l'air s' endevenguèt mai espés. Chek's primièr envegèt una primièra sageta...:
  • bon les mecs , on va pas y passer la nuit, n'i a que pòdon tornar a l'ostal. Avèm pas besonh d'èstre sèt per montar la garda, a mai per una veitura poirida. La Zize? Caï ? Non? Senon lo teu paire te va agantar Mandon , e tu Caï que ditz que la maire te laissa tombar des gautons , de longa, a boldre....
  • solide, marca dètz, respondèt Mandon...
  • t' en fagas pas per ieu, i tornèt Caï.
Mas a siès oras e mièja , aquò's la maire de Caï que sortiguèt sul sulhèt per lo sonar. Puèi foguèt lo torn del paire de Chek's de japar de la pòrta del cafè Rolatabilha , aprèp l'aperitiu, , sul còp de sèt oras manca un quart , lo quiti fraire de la Zize venguèt lo pescar, amb son side car american . Fin finala, nos sèm tornar trobar tres rainals alentorn de la cloca , pas un de mai a velhar l' incresable tresaur, que fintavi de longa, per m'escapar la libertat amb ela , que me fintava ela tanben, de sos uèlhs pichonèls de faras sus la parèt de ciment emposcat . Pauron, òm auriá dich la santa verge . Me prometèri d' alucar un cire, qu' ajesse la moneda, e de la metre al mitan de la meuna grépia , entre fuèlhas rojas de davalada, e cauquilhatges de totas fòrmas e de totas las colors, que recaptavi a Marselhan......
Erem pas mai que tres: Lo Peque , Mandon e ieu.
- e ara , que fasèm? Vas pas veire l'express Peque? Manha te , es anonciat.... diguèt Mandon en fintant la traccion....
- vai z'i tu, mentre que gaitem , nos' n' parlaràs... respondèri.
  • benlèu que lo tipe vendrà pas aquesta ser, benlèu es malaut e tornarà pas que deman ....
  • mas quin tipe?
  • E ben lo que la perdèt pardi. Que benlèu pòt pas venir uèi.... me demandi se la caldriá pas daissar aquela nuèch.... Per i daissar lo temps....Al tipe...
  • non , ieu cresi que tornarà aquesta ser .... 'maginas que l' ajas perduda ...
A set oras manca cinq , la veitura de la gendarmariá arrestèt tot pròcha de nosautres , e lo paire de Peque reguèrge lo sonèt asprament:
  • monta ... e t' o dirai pas dos còps....
Paura ne'n ploravi de benastre . Lo Peque crosèt los dets cap a ieu , per m'escampar lo malsòrt.
Dius, Maria, Josèp, me demorava pas que Mandon....
Lo salut venguèt de dòna Bonassiès , que lo cridèt dempuèi l'espeçariá de l'Estela del Miègjorn : «e bé Armand , tu peux faire fissa que ta mère t'espèra... é ò.»
Mentre que l'agachava , la boca en cuol de galina, ne'n aprofechèri per traçar la rota, trapar la traccion, e córrer coma un perdigal a la dubertura de la caça, desalenat , sens me revirar un còp . Cregueri de m'estavanir . Solide qu'ai batut un recòrd aquel jorn benesit. Los parents m'ausiguèron pas sautar dins la cambra, de la fenèstra, en m' arrapant al telh de la cor. E lo can de la vesina aguèt pas lo temps de sortir de sa tuta per udolar. Aquò fasiá partit del miracle .
Dempuèi aquela escorsa plan urosa, polit remembre d'un estiu secarós, me soi totjorn pensat que lo « capitalisme » e lo raubament, revertava una pichona veitura pausada sus una paret. Un polit daquòs tombat del cèl, nascut del non res, ofèrt al pus finaudèl, a la cobesiá dels òmes, sens que degun se trachèsse jamai de l'origina, dins l' aparéncia d'una escorsa dubèrta. Tot aquò al nom de la libertat, de l'egalitat, de la concurréncia o de la lei del mercat. Paraulas, paraulas, paraulas, per panar melhor.

Pr'aquò tot èra falsièra....




Fin finala , a uèch oras una femna furgava las fuèlhas del terren de petanca . Un caminòt li demandèt de que sanava. Respondèt que cercava una pichona veitura roja . E l' emplegat se toquèt lo front del det guinhaire....
E la femna cerquèt dusca a la nuèch.


dimanche 22 mai 2011

syndicats et langue d'oc

  
Syndicats représentatifs et langues régionales . CE : le néant.

Le constat est clair. Aucun syndicat CGT, CFDT, FO, FSU , SUD , SNESUP, AUTONOMES,FNSEA, CDJA, MODEF etc, ne prend en compte l'existence de langues régionales, au sein des activités multiculturelles, qu'il prétend offrir aux travailleurs, cadres et employés pour leur ouvrir une fenêtre sur le monde. Comme le disent si joliment les agendas culturels.
Y a t-il un seul comité d'entreprise , un seul centre de vacances qui ait programmé, dans le cadre de ses objectifs , d'accès pour tous à la culture le volet : « 'initiation aux langues régionales. Pas de volet , pas de fenêtre rien.
La réponse est évidente, écrasante, désespérante, absurde . C'est non à 99,9%. Si l'on excepte l'activité: le tissage d'òc
Là encore c'est un rejet massif au nom de 1789 , de Jules Ferry, du Chemin des Dames, de Jeanne d'Arc?    et quoi? .
Voilà pour le chapitre de la démocratie réelle et de la diversité menacée de part le monde. Aidons le Mali à défendre sa diversité.... Commerce équitable allez zou.... Montrons leur...
Pourtant tous les CE offrent des activités variées qui vont de la remise en forme , à la pêche à la mouche , en passant par le cri primal dominé, l'accouchement dans le plaisir, la confection de poupées de chiffons , le dessin sur le crépis, le vol à voile et l'apprentissage rapide de l'anglais.. Toutes ces activités louables et toujours menacées, en termes de financement , ce qui donne tout de même l'occasion de belles luttes, n'ont pas de caractère essentiel, en termes d'action , avec la défense des langues de l'hexagone , qui sont elles en danger de mort.
A la limite , il arrive qu'on se mobilise pour la survie d'une espèce de batracien menacée par un projet d'autoroute ou de TGV . (Ah le TGV) Mais pas pour un patois.....
Les représentants syndicaux se retrouvent en phase(en sont-ils conscients? Ou s'en foutent-ils...) avec les Charasse , Rocard , Debré, Le Pen, Chevenement, Carrère d'Encausse, et autres normalisateurs de tous crins, alignés en rangs serrés derrière cette droite uniformisatrice, qui nous a mené à toutes les guerres coloniales (qu'on nous inculque à l'école) , à l'esclavage moderne et passé . Tous complices et cocus. Et cette proximité droitière ne les dérange pas beaucoup nos chers syndicalistes. Motus et bouche cousue.....
Pourtant la liberté est indivisible? Comme ils disent... Les droits de l'homme sont une invention française dont ceux de parler la langue de ses ancêtres?
Nous devons donc en déduire que les organisations syndicales , représentatives ou pas, et les organismes patronaux, gouvernementaux, qui les financent, sont liés par un non dit puissant , qui les autorisent à parler de TOUT sauf de la réalité culturelle de ce pays.
Nous devons donc conclure que les organisations syndicales qui s'occupent d'animer nos périodes de congés, ou nos loisirs, en centres de loisirs ou ailleurs, se foutent de la survie de la diversité en France. Et qu'elles sont tenues à un pacte tacite avec la droite et l'extrême droite qui gouvernent ce pays depuis toujours, à l'exception de 2 épisodes de 1 an ( Blum et Mauroy) pour ne jamais évoquer et encore moins valoriser ce riche patrimoine. .
Par ailleurs , il se trouve que certaines organisations syndicales sont hostiles à l'idée de la diversité linguistique de ce pays et souhaitent , la disparition complète des langues régionales , et qu'elles exigent avec véhémence, le respect de la langue unique. Force est de constater que l'élite syndicale est franchouillarde , allergique à l'anglais, voire au mandchou.... Mais que lesdites organisations culturelles syndicales organisent de plus en plus souvent des stages d'anglais voire de mandchou.
Nous sommes donc au pays de la Nomenclature parisienne et de l'obéissance quasi génétique à des ordres stupides , ( 14-18 : 5 millions de morts pour rien, 40-45 je sais pas) et les syndicats répondent comme nos élites au sénat , à l'académie , qu'ils ont d'autres « choix » à fouetter, en particulier la peinture sur soie , ou le modélisme.... Et la défense des salaires . Bien sûr j'oubliais .
Et la langue d'òc? Mais quelle langue?
Mon dieu que la France est belle! N'est-il pas?



samedi 21 mai 2011

langues régionales, rejets socialistes et mépris de l' UMP


Extraits de la Setmana
qui composent le groupe socialiste?








Bilan socialiste à 1 an des présidentielles et perspectives de l'UMP.

Le bon point? je n'en trouve qu'un refus de participer à l'euro 2016 et de bâtir un stade pharaonique de 100000 places à Toulouse, vu qu'il ne servira pour ainsi dire jamais plus, et que de toute façon on va cotiser pour 2 stades de 100000 places à Paris , un pour emmerder l'autre comme on l'a toujours fait.

Les mauvais points:

-participation au TGV ; alors que l'airbus nous met à 1 heure de Paris , qu'il existe des alternatives moins couteuses (ligne pendulaire) et que franchement sans débouchés sur la Catalogne et la péninsule ibérique , nous nous retrouvons sur une voie de garage. Nous demandons que le TGV Paris Toulouse ne coûte pas plus cher, au contribuable occitan, que le TGV Paris Lyon Marseille , c'est à dire rien. Seule candidate socialiste S Royal défend la position de l'avance remboursable .
  • les pseudos héritiers de Jaurès(lui qui pratiquait couramment la langue d' òc) au Sénat viennent d'amoindrir considérablement le projet de loi concernant les langues régionales. Parmi eux nous devons souligner le rôle éminent des sénateurs d'opérette du midi , et tous les membres du groupe socialiste du sénat , qui ont oublié cette maxime simple de Karl Marx , celui qui oublie son histoire s'expose à le revivre continuellement.
  • La dotation budgétaire pour la culture occitane en midi Pyrénées se signale par son niveau ridiculement bas , 640000 euro soit à peu près ½ euro par habitant
Mais les bonnes nouvelles n'arrivant jamais seules nous devons signaler que les socialistes cheminent aux côtés de l'UMP dans leur mépris de la diversité réelle de ce pays et de ses langues minorées. L'UMP vient de décider :
  • qu'il n'y aurait pas d'examen de Capes cette année pour les langues régionales. Il est vrai que cela ne concernait « que » 12 postes pour 35 millions d'habitants.
  • d'examiner la situation des langues régionales au niveau du conseil constitutionnel , où nous retrouvons un « rouge » terrifiant de socialisme en la personne de Charasse et un autre pur et dur gaulliste UMP UDR RPF UNR défenseur de la diversité française de part le monde à savoir Debré....
Globalement, par rapport à la culture occitane, le PS a dejà un bilan négatif avant d'aller au gouvernement . On a déjà connu le poids réel des promesses non tenues en 1981.
L'UMP se bat principalement pour l'enrichissement des riches et se fout totalement de la culture d'où qu'elle vienne, et où qu'elle soit , enfin Marine Le Pen se bat pour la renaissance modernisée du système d'Adolf.
Nous sommes au regret de constater que le socialisme n'a gouverné ce pays que 2 petites années, en 1936 ( L Blum avec la non intervention en Espagne))et en 1981 ( Mauroy ) et c'est tout ....
Ensuite Rocard , Jospin ont appliqué avec ardeur les recettes néolibérales....
Ce pays n'est pas le pays des droits de l'homme encore moins ceux de la femme. Les étrangers doivent s'assimiler, et leur culture disparaître, la messe est dite . La cours européenne dénonce la police française , les prisons françaises . La France n'a pas signé la charte des langues européenne et se distingue par le nombre de guerres qu'elle a menées partout dans le monde , et qu'elle continue de déclencher sans que les socialistes s'en émeuvent, les guerres passées dans « le sang », que l'enseignant socialiste béatifié dans la doctrine Ferry, ou son pendant réac enseignent avec la « même » passion « républicaine » égalitaire et ethnocidaire .
Nous, occitans, devons réaliser que le PS n'entend pas sauver la langue d'oc et la culture de nos ancêtres , que le bilan à ce stade est toujours « négatif » et que les élites socialistes sont totalement décérébrées vis à vis de la diversité et qu'elles entendent même s'opposer aux mesures qui pourraient permettre de la sauver. ..
Que faut-il espérer d'une équipe d'aspirants notables?

jeudi 19 mai 2011

la dinkie toy- novèla tròç5 ou l'apprentissage du capitalisme

Seguida
La Zize e la Piche m'an aprovat. Mas lor calguèt sautar per passar per de colhas mòlas , segond la lei del : « sias pas cap». Tot sol de sa mena Caï refusèt d'obesir , dins de talas condicions e de bramadís pas suportables . Cò qu'amodèt una brava tornada de còps de pès , de ponhals , de butals, d'emplastres, de carpans, una mesclada de la mai bèla, ont d'unes deguèron manjar de la fuèlha de platana , abant de demandar perdon . Me soi alunhat per sautar pus luènh , segur de poder batre lo recòrd de Mandon .
Me pensavi plan de lo melhorar, aquela puta de recòrd, mas soi tombat sul cuol , pus precisament sul còccix , l'òs bertranal, fondamental del fondament, e que subte me lo faguèt saupre. Japèri tant fòrt , qu'un emplegat caminòt venguèt veire çò cridava aital. M'aconsiderèt una menuta mentre, que me rotlava pel sòl , en gemegant , e laissèt tombar mespresent : «- cala te pissaire , arrèsta de gular coma un gat qu'òm estripa, un pòrc qu'òm trauca ... virèt l'esquina en mormolhant ........aquel dròlle es una colha mòla »
Pauc a pauc las estelas lusentas que me passavan davant los uèlhs desapareguèron....Ne demorava que quicòm m'avia agantat al cuol. En cercant a paupas , pausèri la man sus la causa de l' òrre patiràs. Aquò èra un carri miniatura que teniá dins la man. Una meravelhosa traccion avant roja amb de portièras qu'òm podiá dubrir , amai lo tech e lo capòt tanben. Una causa excepcionala , rara , inausida , subrebèla que veniá de desnisar dins lo patiment de mon coccix . I escupiguèri sus las rodas . La netegèri coma cal amb un pauc de saliva e eissuguèri amb la camisa. Èra quitament nòva. L' astrada veniá de me far un signe. Cregueri de m'estavanir de benastre . Lo teniái lo meu miraclonèl.
Notèri pas lo silenci subte de la còla . S' ausissiá l'alenada del vent.
  • de qu'as trobat? diguèt Peque
  • con... una dinkie toy diguèt Caî
Mandon parèt la man.
  • mòstra!
M'aparèt de sas arpas de rat .
Me cambièt pas lo fial de las idèas La jornada èra acabada per ieu. Los autres existissián pas mai. Soscavi ja de la tebesa e amistadosa cambra que m'esperava. Voliái me recaptar , me retrobar sol , per me congostar de la descuberta e l' incresabla astrada de la vesprada . Piquèri drech cap a l'ostal , mas los autres me barrèron lo passatge.:
  • e ont t' en vas?
  • ben a çò meu.
  • aital?
  • As pensat a lo que la perdèt? diguèt lo Peque .
  • 'magina que venga la cercar.... diguèt Caï
  • e encara melhor que s'encapriça de la cercar de pertot.... i tornèt la Zize
  • e òc serias pas qu'un panaire tu...i anèt Mandon
  • tròp egoïsta .... diguèt lo Check's
Me preparavi de far un sprint , quand lo Peque trobèt un rasonament mestre :
  • e gari que pòdi pas èsser complice d'aquel raubament...
Lo Peque èra filh del brigadièr mèstre de la gendarmariá. Ajustèt:
  • imagine mon père rentre et me dit : «y en a qui volent des toys paraît-il» Tu serais pas au courant des fois? Non pòdi pas esser complici d'aquesta afar .


Puèi ajustèt:
  • escota t'en fagas pas , i a pas cap d'enganas , saps pas? òm va la pausar sus la paret, a la vista de totes, subretot per que lo que la perdèt , pòsca te la trobar sul pic, quand vendrà per aicí . 'Maginas , mas m'estonarai que venga pas, lo tipe pel tren de set oras , o que posca pas venir aqueste ser, per una rason o una autra, ben , serà teuna , normal , camarada , i a pas cap d'engana : « lo primièr que tròba ven lo novèl proprietari » coma avèm totjorn dich.. Normal. Non?
Totes an capejat bravament : «cap d'embolhs , ieu n'ai jà una, pus polida que la teuna de dinkie toy, ten, ren a fotre d'una autra ; se vòls m'en va montar la garda e farai petar l'uèlh , pòds me creire.... Totes , levat lo Caï que me diguèt: «e duganel , son en passa de t'enganar» . Causa que sabiái dempuèi bèl briu....
Siès oras tindavan al relòtge gigant de la gara. Me soi pensat qu'èra una colhonada , e que calia trobar quicòm per m'aparar . Mas aviái la cap voida, èra vengut tal una avelana rosigada pel vèrm. Me calia resistir una ora de mai, pas qu'una pichona ora....
Trantalhèri un moment avant de la pausar sus la paret. Ai netejat la tèrra sul ciment, amb la man, puèi bufat un brave còp per escampar la posca , e, la metèri al mitan de la placa cande , lo capòt virat cap al meu ostal.

dimanche 15 mai 2011

la dinkie toy- novèla tròç4 ou l'apprentissage du capitalisme

 
L'endeman sèm anats nos baquar al lac de la SISBA( una expleitacion de blesta petrolièra per produsir de gas, de gasolina, del temps  d'Adòlf entre 1939 e 1945 , e que daissèt a la fin de la guèrra un brave trauc prigond plen d'aiga e de paissèls de mina , ont nos agradàvem de sautar) . Èra lo sol lac de la region que demorava de nivèl quitament l'estiu.
Ne'n sèm tornats a tres oras per veire passar l' express de Paris . L'express de Paris èra un espòrt severagòl. Teniam encara los pels mostes a causa de la susor . La pèl color caramèl, e èrem venguts «impècs» coma los sòus nòus . Benlèu tròp candes . Nos sèm sietuts sul paredon del terren de petanca. Cinq oras cinq tindava al relòtge de la gara, ( que lo relòtge sonava tres còps, (davant , mentre, e aprèp)) e me soveni plan que los quitis aucèls se calavan dins lo fuèlhum jaune . Se vesiá pas degun per las carrièras. Totes fasiam sa dormidoira, o l'amor, o alisavan d'idèas , o esperavan la tebesor per nasejar. Levats nosautres que la secada empescava pas d' artelhar, totes s' èran amagats e l'espandi èra nòstre. .
Èrèm totes aqui : Lo Pèc, Chèc's , Mandon, La Zize, La Piche, Caï a fintar las carrièras esclafadas de solèlh , la plaça immensa e los quatre cafès que se liuravan una concurréncia mortala, pel grand gauch del pòble alcoolica o pas, anonima o pas, al mitan de la vilòta caminòta , jos lo solelh , juste dejos . Ara èra pas qu'un silenci de cementèri, passadas las siès oras , mas, calia escotar, a l'ora de l' aperò, de la belòta lo gulament dels pitres, quand escupissiàn, desalenats, poderós atots e ratatots .
Per ara tot se virava d' esquina amb d'un silenci de mòrt.
Lo tren passèt. E ..... ren....Aquò's nos pareguèt un non ren: « degun èra pas vengut esperar degun, e degun èra davalat del tren, de Paris .... ». Primièra novèla!
Degun , dins la carrièra Joan Jaurès que monta cap a las casèrnas , una rengada estequida, d'ostalonèls caminòts, pegadas per una mena de garatge , coma las casas dels carbonièrs.....Amai degun dins la carrièra Sant Antòni que mena al caireforc de Rodès , e degun dins la carrièra del castèl , que mena a l'escòla laïca , que l'ensenhament n'es a gratis, mas obligatòri e tanben a l'escòla liura que l'ensenhament n' es tot parièr.
Lo Peque es montat sus la paret per sautar dins los molons de fuèlhas de platanas . Al cap n'i avia mai d'un mètre. Lo jòc consistava a sautar lo pus luènh possible, puèi de se rescondre al mitan tal un mòrt a la tèrra. Lo Pec qu'èra lo cap mèstre de la nòstra còla me carguèt de mesurar la nautor e la longor dels cabus. Mas endurava pas l'idèa de pèrdre. Coma de costuma , Chec's lo luòctement reguergue de tota autoritat sautèt un mièg metre de mai....Mandon , l'autre esportiu de la tropa ne sautèt encara mai naut en fasent una mina d'angèl. Alara lo Pec tornèt montar sus la paret per s' escampar polidament sus las èrsas de fuèlhas sècas . Prenguèt son vam. Mas s' enganèt vergonhosament e li faltèt un bon mètre dins las doas dimensions. Batut e ridicul Lo Pec se n'enrabièt.... Gulèt coma un pòrc al còr d'un matin de l'ivèrn , puèi se revirèt cap a ieu per dire qu'èra pas qu'una «colha» , que sabiá pas sonque mesurar coma cal , los espleits , es a dire los seus . Nosautres totes èran geinats.........per el....
Decidiguèt qu'èri un «zerò». E ajustèt:
-Vai sautar fàcia d'uòu .
Sautèri tanben pus luènh qu' el , mas me mesurèt cort e me panèt d'un braç... Diguèt : «comprenètz pas vosautres,  aquò's per cause dels muscles nosats, e òc soi tròp musclat, que vosautres e pòdi pas me desnosar, me cal mai de plaça per prendre lo vam, e sautar naut...»
Degun gausèt pas d'i dire lo contrari.

vendredi 13 mai 2011

Une belle journee pour aller travailler




Doas imajas ; l'una d'un rit e de sa rita al caireforc del cementèri.
Es a dire a la crotz dels camins tòrts.
L'autra d'una femna que braceja jos la pluèja.....
Nos dison que la pluèja arriba.
E la pòble occitan espèra per un TGV?
Per anar a Paris en tres oras mas per de que far?

Lo monde tremola de tot, ara que la Tèrra bolega tanben.
Mas per de qué la Tèrra bolega, de pertot?
Ieu dirai que la Tèrra n'a son sadol de misèria.
Mas es que los òmes son confles tanben?
Benlèu non....
Es que lor cal dubrir lo boton mèstre.
Ieu que la cencha me n' es tombada d'espant fa bèl briu ,
me disi que, benlèu seràn las femnas las « prums » quilhadas contra la misèria ,
Que l'òme, levat , l' ase e l'embonilh, benlèu que se vòl pas mai bolegar.
Mentre que de tot biais França es acabada....
Mas que farem de la nòstra libertat....?

jeudi 12 mai 2011

Television et radio Paris.Les journalistes de droite . De El Kabash a PPDA

Los jornalistas de l'UDR , del RPF , de l'UNR , de l'UMP nos fan cagar.
E coma vesem pas qu' elses sus las cadenas de la television publica e privada , o que parlam de longa dins lo pòsta de la radió, arribem pas de nos levar l'enveja de cagar.
Certes .... me disiá un amic que passèt tota la sia vida al dessus del BAC.
I a qualques jornalistas d'esquèrra , o del mitan, per netejar los burèus, anar cercar lo cafè e los creissents e qualques còps filmar los jornalistas de l'UDR e sos enfants cagolards. Mas convenètz amb ieu que son pas mai nombroses a Paris que los jornalistas anti Poutine a Moscow .
Ara me teni a las 19 cadenas liures, del monde liure de la democracia occitendala franquesa que ne son arribadas al gras del non res....E l'autre còp de que mostravan?
  • la UNA la cadena del mai cultural difusava : es que Paris crema?
  • La Doas la cadena del mens disent cultural: Tonton la brocanta
  • la Tres la cadena de « las regions »A A A, Navarro
  • la Quatre l'ai pas mas s'i vésia un mach entre La quota de la còla de França contra lo quita demai del monde
  • la Cinq la cadena del paure Berlusconi : una femna d'onor
  • a Siès passèt : la vaca e lo presonièr o les cordiers jutges e flics, o Paris es que crama?
  • la uèch nos anestesièt amb la clinica de la forèst négra
  • la nòu nos donèt a l'encòp un taxi per Tobrok o Urgencia, la vida de Mozart?
  • la dètz : les Tontons flingueurs, o la vaca o lo presonièr o Rabi Jacòb
  • la onze: l'òme de Rio
  • la dotze: Belfegor o la Borsa
  • la tretze: lo senat ( ara pus besonh de stilnox....)
  • la 14 Fukushima mon amor non stop miladiu qun coratja los japonèses
  • la 15 mon amor Fukuchima, e Libye on t'aura, mais quel corage ces japonais
  • la 16 friends o desesperates houses wifes
  • la 17 magrir en tres jorns
  • la 18 magrir per totjorn
  • la 19 manga o les simpson
E la region paguèt per aquela colhandrisa...... de television numerica TNT mas lo TNT lo caldriá far petar non?
E lo pus bèl sabètz pas , aquò's que m'an sucrat Stargate e Malcom.....
I a de que se fotre en rabia non?  

lundi 9 mai 2011

amor de luenh e estrangetat

Au nom de l'étrangeté,
ieu vòli de dire;
Al nom dels angèls
que sospiron.
Ieu , que los vesi passar,
Las alenadas del grand autan,
Lo drac banut que te mòstra,
Pas que sas banas que puntejan;
Al mitan, entre los uèlhs.
Non tot se pòt pas acabar aital ,
Soven te de las ròsas qu'onchavan ,
Tos pels sornaruts e gris,
Òc nos demòra pas ren
que l'ombra del baston;
Per  se remembrar  d'una ombra  .
E França al mitan....
Que cridan , mon istòria  es gloriosa

dimanche 8 mai 2011

450 milions de francés d'Afrique avec Marine

Diga me un pais ont avèm pas facha la guèrra?

Al cap i aura una granda fèsta de la francofonia.
Avec tous les flutistes e quitament los francoflautistas.
Que deman podem èstre 300 millions de françés
Amb Joan Marie , Brice , Frederic, e Marine e Eric.
Totes los qu'aparavan l'idèa de França dusca Tamarasset
e dusca a Sant Peire e Miquelon.
Totes los amorós de la lenga de Lois XIV
Anem construsir una França giganta,
Coma al temps de Napoleon. E lo mond d'esquèrra nos ajudarà,
Qu'il aida majoritairement toujours à faire la guerre tout en se débattant , contre elle.
Qu'il est beau ce peuple de gauche qui s'agite toujours en vain.
Car le peuple de gauche dispose d'un arsenal de luttes historiques
Voire oubliées qui alimente la saga républicaine.
Ainsi demain le peuple de la gauche , le fantôme des idées qui figure,
Dans les livres d'histoire au rang des grandes heures et des
rendez vous ratés , s'indignera encore et toujours de la beauté de sa désespérance;
«  Adolf je suis contre tes idées , mais je me battrai pour que tu puisses me les dire.... »
Miladiou qu' aquò 's polit....
Aussi il nous a semblé que nous pouvions contribuer à cette grandeur
Basée un peu sur l'esclavage et l'exploitation de l'homme par l'homme en invitant tous les ex assujettis de L'AEF, de L'AOF et de la Cochinchine , et tous ceux de Madras , Chandernagor , Mahé , Saint Louis , du Senegal e de Loisiana
Ou encore ceux de Saigon , d' Hanoi ceux de Tananarive à venir habiter chez nous ,
De Bizerte à Setif , du département algerien, au protectorat de Fez, de Dieu Le Fou, à Dien Bien Fou, de Beziers à Minerve...
pour que le peuple de gauche puisse en fin mettre en œuvre ses tandelas ,
au sujet de l'égalité , de la liberté, de la vénalité, de la consanguinité, de la theatralité;
et ce fameux modèle républicain mais a little centripète qui nous pète la tête ;
qui triture la différence culturelle pour te faire vomir sa date de naissance et celle de son décès ... .
Il est temps , contre Marine Le Pen nous appelons tous les habitants de nos ex colonies a venir habiter chez nous, à Paris . Contre Brice Hortefuòc nous appelons tous les fêlés de la Terre africaine , à venir planter sa iourte dans les jardins de l'Élysée. Contre Éric Besson , nous devons à présent bâtir la France black blanc beur, sans philtre aux frontières autrement , qu'avec des paroles d'amour,..... e des poësias .
Demain nous serons 300 milions , nous pouvons le faire!!!!.
Et l'Occitanie à elle toute seule peut en recevoir 150......Ce qui portera le total à 450....
Vive la république , vive l' Enfance et vive l'émigration subie , tolérée , admise et souhaitée ....

Mais une question demeure : I a un pais ont l' avèm pas facha.... la guèrra?

samedi 7 mai 2011

BB de la Madrague

Au fond
telle qu'elle est,.... BB
Je sais qu'elle ne m'aimera jamais.
Au fond...
Je suis devenu PP
Je sais que j'aurai pu l'aimer aussi.
Mais BB, du fond de sa madrague
Attrapaient les thons qui la draguent,
Au fond
Coma una aranha dins sa tela.
Elle leur donnait la TT.
BB
Jamais elle ne m'aurait tendu
Sa bouche écarlate.
En guise de grenade,
Au petit déjeuner.
Au lit petit douillet.
Ouais au fond ,
Je rêve de sardines,
Je nage ...
Dans le ressac , avec des rascasses,
qui suivent son maquereau.
Ou l'orque , ou le zebulon.
T'as d'bos ieux tu C
Au fond j'avais pas les nageoires,
pour faire la course de fond.
Vers l'Islande o St Trìp? .
Mais va savoir ,
Au fond
I a le sable, sous les pavés
du saumon, sous élevage.
Allez cap al Cap Horn.
D' Oslo. Ouste ....Blasi
Cap de nas , cap de tuta
Au fond.
J'y croyais à ma BB .
Tout en ne sachant pas,
qu'elle aurait pu m'aimer.
Ce soir je la chalue....


NB : la madrague est en provençal , un piège à thons  comme le dit Mistral dans Calendal. Et oui avant les thons venaient du sud . Ils n'étaient pas tous nés chez Gadhaffi. 
Alors qu'aujourd'hui ils viennent en masse du nord....

mardi 3 mai 2011

actualitats e novèlas d'en França

Milena Farmer canta : aquò's una bèla jornada...... amb sa votz de filhonèla... E per França dels medias, aquò's lo mes de mai , qu'es polit tot entièr..


Los jornalistas de la nomenklatura parisenca (RPF, puèi UNR , UDR, e filhs) , de França son estrambordats, afogats coma al temps que Cristina Okhrent tremolava de benastre en parlant dels estudiants talibans , al temps de la guèrra de Qabol, e G. Durand du chapla de Timisoara, o l' El Kabach aparava lo poder de drecha de tot son vam, coma Pernod tafura la França plonda , ara, al plond dels uèlhs, o PPDA fabrica d' una « interview » eslusiva amb Fidel..... Gaitem los, que son la vergonha d'aquel aglomerat de nacions escanadas.... Una vergonha qué.
De que nos ressègan ara?

-William es maridat
-Joan Paul Two es en passa de remplaçar Dieu ...
-Ben Laden es crebat ...
-Carla es prens ....

Parlan pas mai de G'bagbo , de Gadafi, quitament pas de Gaza, de Barein , d'Aden ...
Parlan pas cap de Fuquchima mon amor.... Mas dison: "diaussis que lo Japones es digne!!!!!!"

Avèm la premsa la mai colha de tot lo monde liure e los jornalistas los mai leca-cuòl de l'espandi intersideral. .....
França es lo pais dels fromatges , dels cagolards...dels racistas, de la drecha e dels socialistas de drecha .
Amb J Jaures nos resta que los uèlhs e lo bec per bramar :  « visca Occitània sociala e vertadièrament socialista »

dimanche 1 mai 2011

formacion del Causse Olivièr Lamarca

La formacion dels Causses d' Olivièr Lamarca per escotar un tròç clicar aqui sus

Sul Causse
rescontrèri un tipe
que lo sonavan John

disiá qu'èra d' Avairon
mas avia un brave accent american
e avia costuma de se
rebalar
amb un capèl de « cow boy » sul cap

m'avia aprés a pescar
amb una cauceta:
caliá far un trauc al cap de la cauceta
un trauc pro gròs
per que lo peis s'i poguèsse engulhar
sens que se trachèsse
qu'èra pres dins una trapèla

Caliá puèi
cabussar la cauceta dins l'aiga
la téner fèrmament
esperar que lo peis i passèsse dedins
e la tirar còp sec de l'aiga

Pescàvem pas grand causa aital
mas segon John
valiá melhor prene una cauceta blanca
qu'una cauceta negra :
disiá que las caucetas blancas èran mai eficaças
qu'atiravan plan mai los peisses.
Un jorn me diguèt qu'avia vist
un grand chinés
èra convencut qu'aquel grand chinés
que li avia demandat son camin
veniá en reconeissença
e que tornariá lèu amb d'autres chineses
mai pichons qu' el
amb de mapas grandas
e amb fòrças aparelhs de mesuras
e qu'anavan crompar tot lo Causse per i bastir d'usinas
d'usinas a far de tripons A.O.C.
Pels toristas e pel monde del pais
e tanben d'usinas a fabricar de vergas en plastic
per las femnas e los òmes del monde entièr
e que
mai tard
aquels chineses bastirián de barratges
que negarián lo Causse
per i daissar pas de traças
per aver pas de comptas de rendre a deguns
un còp las usinas tampadas
e los emplegats licenciats
disiá qu'avian pas gaire esitat
a enaigar las valadas entièras quand calguèt bastir
lo vaste barratge de las tres Gòrjas
en China centrala
alavetz
voliá lutar contra eles
voliá aparar lo Causse
d'un biais o d'un autre
voliá cremar totes los ostals que se trobavan sul Causse
e aquí doncas çò que faguèt
d'ostal en ostal
menimosament
que lo monde i foguèsse o pas
avia començat
primièr
per cremar los ostals a l' est del Causse
un còp lo fuòc alucat
daissava per sola traça
a posita de l'ostal
un cap de mòrt de plastic
redde e fluorescent
pr'amor qu'avia legit
dins qualque libre
qu'aquò espaurugava los asiatics

fin finala cresi
que vesiá
e qu'avia totjorn vist
de chineses sul Causse
a mens que foguèsson grècs
e qu'aquel John foguèsse chinés