vendredi 29 juin 2012

tour de France 2012




Que los joines prenon tot lo aquiq (la maria joana...qué , l'èrba per un agricultor) e nos daissan pas que de viagra.... Quina vergonha!
I pas mai de respècte pels vièlhs...
Aquò's aisit,  per elses(als joves) de s'arrapar cap a las filhas, mentre que cridan , pr'aquò: « visca los reires pepins ....»
Las pauras filhas!!!!!

mardi 26 juin 2012

lundi 25 juin 2012

sexes

Benastruc lo que coma Ulisses....

samedi 23 juin 2012

Caravage, Caravage, Caravage, Caravage a Tolosa e al Clapas



CARAVAGE Lo pintre lo pus grand , a Tolosa e a Montpelhièr ...

Eveniment extròrdinari a Tolosa e a Montpelhièr.... E que verai quitament pas jamai de sa vida

Una mòstra giganta pel Caravage e (o) de l'influéncia de Caravage ambe las telas de mai de 180 pintres qu'inspirèt (o que lo copièron) .

Las telas son prestadas de pertot , pels musèus del monde entièr , musèus americans , angleses, italians, ( musèu dels oficis) .

Aquò's la tòca de l'associacion americana FRAME, qu'aguèt la volontat d' organisar aquel maridatge meravilhos entre Tolosa e Montpelhièr ambe l' aval del ministèri de la Cultura , e que mòstra aital la rega de la descentralizacion vertadièra .

----La mòstra del caravagisme del sud de l'Euròpa serà presentada per Montpelhièr (ambe las telas d' Espanha , d' Italia , ...)

----Lo caravagisme del nòrd de l'Euròpa serà presentat per Tolosa , (Belgica , Olanda, Alemanha, Anglatèrra ) e de pinturas extraordinàrias , tablèus servats als musèus de Tours , Rennes, Rouen .
Nancy, e de segur de Tolosa ) 

Mai de 160 pintres influenciats per Lo Caravage ( per exemple Rembrandt o de la Tour, o Velasquez) ambe las explicacions de totas menas...

Cal saupre que la SNCF òfre una reduccion de 50% sul transpòrt (car o RER) e la dintrada al musèu .

Per exemple de Mureth me costarà que 9 euro dintrada compresa .

Aquò's lo primièr còp qu'una mòstra d'aquela importància es organisada dins lo miègjorn occitan .
Mercés per aquel miracle mon Dieu . Thank you FRAME

Una sola idèa al cap anar al Clapas al pus lèu ? Per veire la totalitat de la mòstra...

Una darrièra question per de rire : qual influencièt l'engenh de Miquelangelo Merisi del Caravaggio?
Encara un còp merces per aquel benastre...

lundi 18 juin 2012

lo temps del Kibotz, Lenine, Trotsky, Hollande et Marine



Revolucion dins França.
Lenine es tornat, deman lo temps del Kibotz arriba . Alara Que Melanchon , populista ; fasiá paur al pòble ; ambe sa granda gula , l'ai legit dins la Setmana , Hollande anèt a la City per de dire que devián pas se trapar de susadas ambe lo socialisme franchimand, qu'èra sonque per de rire, Un bastard de la mena Jospinienna-Blairistonèta-veire Tatcheriana qualque còps, un temps , coma òc cantèt Hollanda . Pas question d 'arroïnar lo capital. Non mas puta non....
Alara que la granda gula de Melanchon amenaçava Marine a Hainons a Belmont, (de populisme vertadièr qué, facil), mentre qu'Hollande , coratjosament, le tipe se calèt, diguèt pas ren , sus ren. Quina intelligéncia ! Aquò's pas per de ren que sortís de l'ENA- HEC-SUPELEC, SANT CYR. Subretot que lo miègjorn occitan qu'es pas con es tanben del meteis coratge . L'occitan es al nivèl de Franca. Occitan e socialista , quitament dos mots sinonims, de coratjosa volontat de ren far contra'l capital. La finança es l'enemiga diguèt lo paure davant la City que se'n chautava, e tot lo monde de rire a se pissar dessús.
E foguèt elegit Francisco Normandia ... Pròba que dins lo miègjorn occitan sem pas cons...
Mon Dieus que França es bèla, ambe sa diversitat , sa démocracia dels dreches de l'òme, de la femna, del nen.La teoria universalista franchimanda qué!   Levat que dins cinq annadas aurem la Marina primièra ministra ... Mas que non soi trist . Avètz vist lo Bayrou escampat coma una paure colha , quin salòp, Melanchon escampat coma un porcanhas, populista, aquò's Mossur Propre de Neerdantalia que fa son fièr... Coma cada còp que los socialistas trapan lo poder , per lo donar à Franco , Petain, De Gaulle ece.... En disent la boca en cuol de galina que son pas que de democratas vertadièrs , e que poiràn pas jamai renegar la volontat del pòble quitament d'arribar al fascime , çò que nos espèra deman....
AJUDA NOS J JAURES TORNA......
E cantarèm l'Internacionala, la cançon del desesper diguèt J Bodon. 
E la lenga d'òc contunharà d'esperar, e de crebar...
Bèl e con a l'encòp... cantèt J Brel...
Qu'i jogi 20 eurò...


vendredi 15 juin 2012

catar e carriòla


...... lo jorn qu'Autier, lo darrièr preire Cataron,   foguèt despenjat , davant la glèisa de Sant Estève de Tolosa, per èstre cremat o pelat e cremat, o empalat  e escartairat , la seuna sòrre (femna, esposa, mestressa),  lo rebalèt .........dins una carriòla ? (la carriòla m'agrada fòrca , vist qu'a dos margues ) Ont lo cremèron? Benlèu lo cremèron pas ? Mas que sabem pas ont es?  De tot biais a tot inventat la glèisa. Doncas a trobat quicòm.  Mas per de qué  la carriòla m'agradèt ? Qu' es un mejan facil per rebalar quicòm o qualqu'un. Per exemple quora es pintat...o quant i pòt pas anar sol,  coma dins lo filme 'Intouchables",  que far plorar un fum de monde ,   mai que tot  los electors del front national, e encara mai  los autres, que braman  bravament, a la sortida del ciné,  abans de tornar escupir sus l'arab del seu canton.  Mas a Montsegur podián pas se pintar. Qu'avian pas encara trobada la pruna  cofida. Doncas cresi plan que butavan las carriòlas , los crosats ,  per escampar tot aquò dins lo voide, per los veire rebombar los còrses .......suls ròcs.
Òm me ditz que los cremèron!!!???Mila Dieus ....Qual creire?
Mas me direm per de qué parlar encara de lepenisma, de socialisma, d' écologisma,  d'umpeisma sarkosian (sens Sarkosy per astre), ,  ambe d'òmes que seràn totjorn seguts dins la carriòla mentre que butaràs . Non sabi! Mas per que pas?
Que vòls   que i a pas jamai, cap de socialistas, ecologistas, umpeistas , de fascistas   per butar la carriòla, mas que se recaptan totes, lèu lèu,  aquí prèp,....per la paga , cantar la marselhesa , al maches a Sant Denis ,  sens susar un pet de conilh que sia,  al palais del Borbons o se vos agrada al Bornhon parisenc ?
 Dieus que la vida es corteta! Que  cal patir per morir magre e venir vièlh!
Que ieu i trabalhèri a Paris un dètzenat d' annadas e aquò's  aital que venguèt occitan anarquista carrejaire .
Aital que m'agradèt fòrça de butar la carriòla dins lo miègjorn dusca la retirada .
Ara que,  puèi,   sèm passats al cadi ... Que vòls.???????  Lo progrès....
E ambe lo cadi tanben se pòt rebalar  un diccionari francés de l'acadèmia ambe d'Encausse seguda aquí sus ,   o melhor .......... un parelh d'universalistes franchimands de Franca Cultura...
Mas aquò's impossible de los escampar suls ròcs per los veire rebombar, o de los cremar....Enebit
Mas los podèm enfarinar, benlèu.... al marathon dels mots?
Quina idèa?

mardi 12 juin 2012






Vesètz consí se trapa lo vielhum
Consí que lo pense lo monde d' après
Qu'avèm a pron pena lo temps de pensar...
Qu' ambe lo vielhum avèm de mal.
Alara me diràs per que pensar e amaginar
Per que pensar qu' amors e libertats e desèrts 
Candelas alucadas : misèrias e malastradas
Per astre, un ser, Fasbinder per descansar lo còr.
E que te far plorar ambe d' istòrias .
Que me soi mantuns còps desrevelhats, al mitan
En cridant salva me, salva me, salva me,
Al tipe que me tirava lo pòrtafuèlha...
Lo pus bèl qu'aquò's que me tiravi del lièch,
Camba corta, e mal de còr , sens buf.
E pfuf ... dobriguèt la fenèstra per que veire ?
Partits lo parpalhòls e perdut lo pòrtafuèlha...
Dos parpalhòls que s' abraçavan sus los carrèls .
Alara me diguèri,  solide qu'èri  al pais de Bodon.
E que podiái atudar lo lum....
Dos parpalhòl sus las aurelhas
Per escotar la musica del vent.

dimanche 10 juin 2012







CAPITOL 5
  PER ESCOTAR (clicar sul blau)    Lo cèl J Bodon, p 53  Capitol 5 en òc

*********
J'ai piétiné , devant la porte de l'Excelsior. Je venais à peine de m'extraire de mon lit. La matinée s'avançait doucement .
Où pouvais-je bien aller? Pendant tous ces jours , pendant tous ces jours immenses dont je me retrouvais le seul et unique maître, que pouvais-je bien faire de cette liberté? Il s'agissait de mes propres « grands jours » en Auvergne si l'on peut dire. Pendant que le ciel était encore bleu et l'horizon clair pour moi . Je devais me donner du plaisir une dernière fois.
Il avait bien le goût de la pourriture ce plaisir. De quoi donner l'envie de se rincer le gosier, au premier bar venu . On me servit du vin passable , à peine buvable.... Seul au comptoir mais pour quelques instants seulement. La fille vêtue de vert vint droit sur moi. Depuis le temps qu'elle me couvait celle là: « allons, un peu de courage! » me suis je dit ...
Pourquoi pas. Celle là ou une autre . «  Qu'est-ce que vous prenez? » lui dis je. Elle opta pour un Dubonnet et nous sortîmes.
-Mais non , mais non. Avance dans le couloir . Dans le fond tu trouveras bien l'escalier...Tu comprends , moi , il me faut passer au bar... »
J'enfilai le corridor. Une progression dans l'obscurité la plus totale, le carrelage froid. Je n'eus pas le culot de partir en éclaireur. Je m'immobilisais. Derrière moi soudain un porte s'est ouverte .La fille reparut et me donna le bras, tout en me susurrant dans l'oreille:
- »je crois que nous avons tout notre temps. La porte n'est pas libre. Mais qu'importe, dans le couloir à l'étage , en attendant on pourra commencer... »
Dans le couloir haut il n'y avait personne. Sauf deux portes fermées à clé. En passant dvant la première la fille fit « chut!... » un doigt sur la bouche. Elle passa à l'autre. Elle cogna:
« et alors? Demanda t-elle.
-Il y arrivera bientôt!.... » répondît une voix de femme. Et il y eut un éclat de rire interminable.
La fille se recula sans me lacher le bras:
« tu seras gentil hein , répétait-elle. Et moi aussi je serai très gentille avec toi... »
Ce qui me faisait le plus honte , c'était d'entendre ce rire derrière la porte. Et de me demander quand il sortirait , qu'il passerait devant moi , lequel des deux baisserait les yeux ?
IL la pétrissait maintenant dans la chambre. Alors j'éprouvais le besoin de m'écarter de la fille. Elle sentit ma répulsion. Elle se mit à nouveau le doigt sur la bouche: « chut...!... ». Elle retourna à la première porte. Elle l'ouvrit d'un coup et me poussa dans la pièce en disant: « attends ici quelques minutes... »
Mais elle même n'entra pas. Elle referma la porte .
« Bonjour l'ami. Si nous nous rencontrons partout, nous nous retrouverons aussi au Paradis... »
C'était encore lui. Il me tendait la main. Le curé de « Foncotut » . Je le regardais sans répondre.
Je me trouvais dans une chambre aux fenêtres obturées. En fait c'était une chambre de passe. Dans un coin , il y avait un lit : avec un édredon de couleur rouille et une couverture grise. Et il y avait sur ce lit et non sous la couverture , une femme allongée.
Le « curé » lui aussi s'est mit un doigt sur la bouche : « chut...! » La femme ne semblait pas remarquer notre présence. Elle se tenait les mains jointes sur le drap aux couleurs fanées et serrait entre ses mains un petit gâteau noir . Elle gardait les yeux ouverts mais ses lèvres demeuraient immobiles.
Comme elle était maigre et blanche!...
« Je l'ai confessée , dit le curé à voix basse. Maintenant elle peut mourir.... »
J'en restais abasourdi . Enfin la porte s'ouvrit. La fille vêtue de vert passa la tête et dit :
«  viens , ils nous ont laissés la place chaude ...
  • va faire ton affaire, reprit alors le « cure ». On se retrouvera après, au bar en bas... »
La fille il me fallut bien la suivre. Il me fallut bien trouver le courage. La chambre était la copie de l'autre. Sauf qu'il n'y avait pas le moindre édredon sur le lit , et seulement une couverture.
« tu serais bien aimable , toi, de me dire quelle est cette femme qui se meurt dans la pièce voisine?
- une compagne :  Maité . Nous n'avons pas voulu l'abandonner à l'hôpital , mais voilà qu'elle bloque une chambre . C'est ainsi que ....
- mais le « curé » ?....
  • ah mais toi aussi , tu sais que c'est un « curé ». Mais tu es des nôtres alors. A qui pourrions nous , nous confesser, s'il n'était pas là...
  • mais pourquoi se confesser?
  • Pour aller au ciel. Tu ne veux pas aller au ciel toi, comme Maïté?... »

vendredi 8 juin 2012

Du côté de chez Swann. Del costat d'acò de Swann.


Per veire s'es  ....
Un tròç  de M Proust , du côté de chez Swann. trach del Kindle passatge de l'enfant dins l'escalièr  qu'espera la sia maire....

Ausiguèri los passes dels meus parents qu'acompanhavan Swann; e quora l'esquila de la pòrta m'aguèt avertit que veniá de partir, anèri a la fenèstra . Maman demandava al paire se avia trobada la langosta bona e se Mossur Swann èra tornat prendre de glacet e de la pistacha . «  La trobèri plan ordinari diguèt la mia maire; cresi que pel còp que ven, caldrà ensajar una autre perfum. » «  Non se pòd dire consí lo sénher Swann càmbia , rasona com' un vièlh! » La meuna tanta grand èra tant acostumada de veire dins Mossur Swann una mena de jove , que s'estonava de lo trobar, subte, mens galhard que l'atge que contunhava de li donar dins son remembre. E los meus parents tanben, començavan de li trobar lo vielhum anormal , excessiu, vergonhós e meritat coma lo d'un estèrle , de totes los que lor sembla, que lo jorn grand, qu' a pas cap de l' endeman sia pus long que pels autres , per de qué es voide, e que los moments s' ajustan dempuèi lo matin, sens se despartir, en seguida entre los mainatges . «  cresi que ten maites tracas, ambe la sia coquina de femna, que viu a la vista de tot Combray, ambe un Senher de Charlus. Aquò's la faula de la ciutat. » La mia maire faguèt remarcar que pareissiá mens trist dempuèi qualques temps. « Fa pas tant sovent aquel gèst coma de s' eissugar los uèlhs , e de se passar la man sul front. « Ieu cresi que l'aima pas mai aquela femna ». «  mas de segur que l'aima pas pus , respondèt lo grand. Recebèri d'el, fa bèl temps, una letra sul subjècte, que me soi pas cochat de seguir, e que daissa pas gaire de dobtes sus los seus sentiments, e encara mens sus l'amor de la sia femna.. E Ben! Vejatz , l'avètz pas mercejar per l' Asti », ajustèt lo grand en se virant devèrs las doas bèlas sorres . «  Consi , l'avem pas mercejar? Cresi , per nosautres , que li ai tornat mon merces plan polidament », respondèt la tanta Flora. « Oc ben , li diguères finament , e te badèri per aquò » diguèt la tanta Celina. « Mas tu tanben foguèt fòrça plan tanben ». «  E òc que foguèri fièra de ma frasa suls vesins aimables. »
« De qué , aquò's aital çò que sonatz un merces! Cridèt lo grand. Ai plan ausit la dicha , mas diable , qual pòt creire que sia per Swann. Podètz èsser seguras qu'a ren compres. » « Mas vesèm, Swann es pas nèci, soi segura que li a agradat . Pasmens que li podiái pas dire lo nombre de botelhas e lo prètz del vin! » Lo paire e la maire demorèron sols, se seguèron un moment , puèi lo paire diguèt : «E ben ! Se vòls , anem montar nos jaire. » « Se vòls mon amic ; encara qu' aja pas cap una ombra de sòm, aquò's pas aquel glacet tant ordinari que pòsca me téner tant revelhada; mas que vesi de lum a la cosina e coma Francesca m'a esperada , m'en vau li demandar de me desbotonar lo casabèc mentre que vas te desvestir. » Lèu , ausiguèri que montava barrar sa fenèstra . Anèri sens bruch dins lo corredor , lo meu còr polsava tant fòrt , qu'avia de pena per avançar , mas que pel mens batiá pas mai per ànsia , mas d'espaventa , de joia . Vegèri dins l'escalièr la lum tracha per la candela de maman . Puèi la vegèri ela meteissa, e m'avièt . Tre la primièra segonda me fintèt estabordida , comprenguèt pas çò que se passava . Puèi sa cara prenguèt una expression de ràbia , me diguèt pas un mot , e vertat , que per mens qu'aquò , lo monde me disiá pas de paraulas mentre mantuns jorns. Se la maman m'avia dich un mot, seria estat acceptat qu'òm me podiá tornar parlar , e seria estat encara mai pièger encara, coma un signe que en fàcia de la greuvitat del castigament, qu'anava se preparar , lo silenci, la discòrdi foguèsson estat plan ninòis. Una paraula e aquò seria estat la serenitat, coma òm respond a un servicial, quora venem de decidir de li donar comjat , lo poton que se dona al fils, qu' òm envejariá s'engatjar alara, que li aurem refusat que deguèssem s' acontentar d'una discòrdi de dos jorns ambe el. Mas ausiguèt lo paire que sortissiá del gabinet de banh, ont èra anat se desvestir, e per me parar de la scèna que me fariá , me diguèt d'una votz entrecopada per la colèra : «sauva-te , qu'au mens, lo teu paire te veja pas aital, a l'espèra coma un falord! «Mas li ressegava : » Ven me dire bonser », ambe l'esglai de veire lo rebat de la candèla del paire, s'enauçar sus la parèt , mas me servissent de son apròcha coma d'un mejan de pression, e esperant que la maman per m'aparar la rescontra ambe lo paire , que contunhe de refusar , anava dire: «Dintra dins ta cambra, vau venir. » Èra tròp tard, lo paire èra davant nosautres. Sens o voler mormolhèri d'unes mots que degun ausiguèt: « Soi perdut ». 
 
Ne'n foguèt pas aital. Lo paire me refusava de longa las permissions dels acòrdis lo pus bèls consentits per la maire e la grand , per de que se chautava de principis e del «Drèch del monde » .
Per una rason tota contingenta , o quitament sens rason, me supprimava al darrièr moment tala passejada tant costumièra , quitament consagrada , qu'òm podiá pas m'en privar sens perjuri, o ben coma avia fach encara aquesta ser , longtemps avant l'ora rituala, me disiá : « anem , monta te jaire , sens explicacions ! ». Mas encara que teniá pas cap de principis ( al sens de la grand) avia pas per dire d' intransigençia . M'agachèt un briu , d'un aire estonat e malcontent, puèi tre que la maman li aguèt explicada ambe qualques mots embarrassats , çò qu'èra arribat , li diguèt: «mas vai donc ambe el , coma disiá justament qu'avia pas gaire l'enveja de dormir , demòra un pauc dins la sia cambra , ieu ai pas besonh de ges » « Mas non , mon amic respondèt timidament la maire , qu'aja enveja de dormir o pas càmbia ren a la causa , podèm pas acostumar aquel enfant ... »  « Mas que s'agís pas de l'acostumar , diguèt lo paire en auçant las espatlas , vei qu'aquel pichon ten de la pena , ten l'aire desconsolat , aquel enfant, vesèm, sem pas de borrèls! Quand l'aurà rendut malaut , seràs plan avançada ! Coma i a dos lièches dins la sia cambra, diga doncas a Francesca de preparar lo grand lièch e dòrm per aquesta nuèch près d'el. Anem, bonser, que ieu que soi pas tant nerviós que vosautres , me vau jaire. »

mardi 5 juin 2012

les jours illustres de Jean Bodon


 Revirada d'aprèp Lo Libre dels Grands Jorns de J Bodon Colleccion A TOTS d'IEO 

Mon ami

A présent nous nous voyions chaque jour. Je l'avais surnommé le curé de Foncotut faute de savoir son véritable nom. Pas plus que lui ne connaissait le mien...
Il s'habillait toujours de la même façon, avec le même costume gris en tergal , une chemisette beige, ouverte sur le cou, il portait des chaussures pointues de couleur rouille , des lunettes, mais jamais de chapeau, il avait les cheveux frisés, il était raffiné de toute sa personne, toujours rasé de frais, mais son parfum changeait chaque jour , un parfum de fille.


Quel âge pouvait-il avoir? Il était jeune encore. Quel métier pouvait-il exercer? Comment gagnait-il sa vie? Je l'ignorais. Toujours à se promener. Nous nous trouvions sans nous chercher . Nous avons cheminé ensemble durant  quelques temps. Nous parlions. Puis il s'évanouissait soudain sans que je m'en aperçoive.
Je me régalais  de lui offrir à boire. Le vin n'est-il pas meilleur à deux.. On peut d'ailleurs en commander une bouteille sans s'attirer les regards désapprobateurs de la serveuse.
Nous étions seuls dans un bar un  soir. Il tirait sur une cigarette et je le regardai. La bouteille était vide mais nous ne voulions nous séparer encore.
Nous nous taisions. Je serrai dans ma main le verre vide. Comment se faisait-il que je me sois échoué ici? ... Je suis descendu d'un train par hasard à Clermont-Ferrand . Par hasard je suis entré dans un bar puis  dans une église. C'était comme si nous nous cherchions avec cet homme... Par hasard.
Mais les paroles m'avaient échappées... J'avais parlé de vive voix.  Le curé écrasa la cigarette et m'enleva le verre des mains:
« par hasard comme tu dis... Mais qu'est ce que c'est le hasard... Un château en Syrie si je me souviens bien. L' Azar est quelque chose d'approchant. Ou alors un jeu . La destinée, la fortune , le sort. Pour quoi pas la chance , pourquoi pas... »
Il s'échauffait , au contraire . Il discourait comme il le faisait quand il prêchait a Foncotut o a Cotufon...
« Par hasard ! Laisse moi rire. Alors que le monde est si étroit... Et  Clermont-Ferrand encore plus minuscule ... Et si le nez de Cléopâtre ?... Mais Pascal supposait que le nez de Cléopâtre devait être de cette taille. Destinée prédestinée. Chacun ne trouve que ce qu'il cherche, parce qu'il ne cherche que ce qu'il peut trouver... Et la porte à laquelle on frappe est la seule qui peut s'ouvrir. Tel celui qui croit mener sa vie et que la vie mène... »
A cet instant j'aurais bien  voulu placer un mot : «  Pascal... dis-je
  • Tais toi car je devine que tu vas me réciter des passages de ton livre de littérature du collège. Imagine, un matin de janvier , alors que toutes les rues de Rouen se trouvaient verglacées. Le père de Pascal qui se trouvait en Normandie pour affaires sortit pour prendre l'air. Il glissa. Il se brisa le  fémur. Deux voisins lui portèrent secours, des jansénistes convaincus  qui le soignèrent dans sa  maison. Assez longtemps pour convertir toute la maisonnée. Et Blaise encore plus que les autres . Si , si ... Imagine que  le père de Pascal ait fait la grasse matinée ce jour là , il est à peu près certain qu'il n'aurait pas glissé. Blaise semble avoir oublié cette  leçon. Mais il avait fort à faire  dans les bras d'une femme... 
     
    Pas de la sienne bien sur , mais avec les femmes  des autres. Oui  bon , mais alors pourquoi ses chevaux d'attelage s'emballèrent au passage du pont de Neuilly-sur-Seine?. Les deux chevaux  se noyèrent dans la Seine. Mais le carrosse demeura en équilibre sur le bord,  juste  au dessus des eaux . Avec Pascal à l'intérieur. Un miracle? La nuit de l'illumination et Port Royal. Le hasard!... Je lis sur tes lèvres ce que tu veux crier. Le hasard dans la vie d'un prédestiné?... Alors que c'est devenu pour lui la preuve de la prédestination. Le doigt de Dieu à l'instant fatidique pour aider le mécanisme de la conversion ...Oh Dieu ,  l'enchaînement universel des évènements.... Un janséniste de plus ou de moins. Le dieu des lois économiques , celui du sexe, ou de je ne sais de  quelles glandes... Le Dieu des lignes de la main, pourquoi pas, ou des signes astraux... Nous nous sommes rencontrés tous les deux comme deux mouches sur la même plaie , comme deux pichets de vin à la fontaine... Et il me semble bien que j'ai soif depuis le temps que je te parle. Ce sera par hasard que nous boirons une autre bouteille. Allons patron et le meilleur... Par hasard peut être, imagine seulement : l'usine Michelin de Clermont-Ferrand ...Je me le demande encore. Au temps du romantisme , un Auvergnat ne pouvait-il se marier qu'avec une Écossaise ?.. Qui plus est avec la nièce d'un Macintoch. C'est elle qui montra à son mari comment travailler la gomme pour en faire des balles pour les enfants. Depuis... Mais à la tienne.. Bois... »
Je buvais encore . Soudain je me rendis compte que j'étais seul. Le curé était parti...

lundi 4 juin 2012

le livre des lumières . Dels grands jorns. Le ciel J Bodon.



LOS SEGLES DE LA LUTZ OCCITANA

CAPITOL 5 revirada del libre dels grands jorns de J BODON.

LO CEL

*********
J'ai piétiné , devant la porte de l'Excelsior. Je venais à peine de m'extraire de mon lit. La matinée s'avançait doucement .
Où pouvais-je bien aller? Pendant tous ces jours , pendant tous ces jours immenses dont je me retrouvais le seul et unique maître, que pouvais-je bien faire de cette liberté? Il s'agissait de mes propres « grands jours » en Auvergne si l'on peut dire. Pendant que le ciel était encore bleu et l'horizon clair pour moi . Je devais me donner du plaisir une dernière fois.
Il avait bien le goût de la pourriture ce plaisir. De quoi donner l'envie de se rincer le gosier, au premier bar venu . On me servit du vin passable , à peine buvable.... Seul au comptoir mais pour quelques instants seulement. La fille vêtue de vert vint droit sur moi. Depuis le temps qu'elle me couvait celle là: « allons, un peu de courage! » me suis je dit ...
Pourquoi pas. Celle là ou une autre . «  Qu'est-ce que vous prenez? » lui dis je. Elle opta pour un Dubonnet et nous sortîmes.
-Mais non , mais non. Avance dans le couloir . Dans le fond tu trouveras bien l'escalier...Tu comprends , moi , il me faut passer au bar... »
J'enfilai le corridor. Une progression dans l'obscurité la plus totale, le carrelage froid. Je n'eus pas le culot de partir en éclaireur. Je m'immobilisais. Derrière moi soudain un porte s'est ouverte .La fille reparut et me donna le bras, tout en me susurrant dans l'oreille:
- »je crois que nous avons tout notre temps. La porte n'est pas libre. Mais qu'importe, dans le couloir à l'étage , en attendant on pourra commencer... »
Dans le couloir haut il n'y avait personne. Sauf deux portes fermées à clé. En passant dvant la première la fille fit « chut!... » un doigt sur la bouche. Elle passa à l'autre. Elle cogna:
« et alors? Demanda t-elle.
-Il y arrivera bientôt!.... » répondît une voix de femme. Et il y eut un éclat de rire interminable.
La fille se recula sans me lacher le bras:
« tu seras gentil hein , répétait-elle. Et moi aussi je serai très gentille avec toi... »
Ce qui me faisait le plus honte , c'était d'entendre ce rire derrière la porte. Et de me demander quand il sortirait , qu'il passerait devant moi , lequel des deux baisserait les yeux ?
IL la pétrissait maintenant dans la chambre. Alors j'éprouvais le besoin de m'écarter de la fille. Elle sentit ma répulsion. Elle se mit à nouveau le doigt sur la bouche: « chut...!... ». Elle retourna à la première porte. Elle l'ouvrit d'un coup et me poussa dans la pièce en disant: « attends ici quelques minutes... »
Mais elle même n'entra pas. Elle referma la porte .
« Bonjour l'ami. Si nous nous rencontrons partout, nous nous retrouverons aussi au Paradis... »
C'était encore lui. Il me tendait la main. Le curé de « Foncotut » . Je le regardais sans répondre.
Je me trouvais dans une chambre aux fenêtres obturées. En fait c'était une chambre de passe. Dans un coin , il y avait un lit : avec un édredon de couleur rouille et une couverture grise. Et il y avait sur ce lit et non sous la couverture , une femme allongée.
Le « curé » lui aussi s'est mit un doigt sur la bouche : « chut...! » La femme ne semblait pas remarquer notre présence. Elle se tenait les mains jointes sur le drap aux couleurs fanées et serrait entre ses mains un petit gâteau noir . Elle gardait les yeux ouverts mais ses lèvres demeuraient immobiles.
Comme elle était maigre et blanche!...
« Je l'ai confessée , dit le curé à voix basse. Maintenant elle peut mourir.... »
J'en restais abasourdi . Enfin la porte s'ouvrit. La fille vêtue de vert passa la tête et dit :
«  viens , ils nous ont laissés la place chaude ...
  • va faire ton affaire, reprit alors le « cure ». On se retrouvera après, au bar en bas... »
La fille il me fallut bien la suivre. Il me fallut bien trouver le courage. La chambre était la copie de l'autre. Sauf qu'il n'y avait pas le moindre édredon sur le lit , et seulement une couverture.
« tu serais bien aimable , toi, de me dire quelle est cette femme qui se meurt dans la pièce voisine?
- une compagne :  Maité . Nous n'avons pas voulu l'abandonner à l'hôpital , mais voilà qu'elle bloque une chambre . C'est ainsi que ....
- mais le « curé » ?....
  • ah mais toi aussi , tu sais que c'est un « curé ». Mais tu es des nôtres alors. A qui pourrions nous , nous confesser, s'il n'était pas là...
  • mais pourquoi se confesser?
  • Pour aller au ciel. Tu ne veux pas aller au ciel toi, comme Maïté?... »

dimanche 3 juin 2012

J BODON l'hôtel excelsior....Libre dels Grands Jorns


LO LIBRE DELS GRANDS JORNS  J BODON
IEO A TOTS
Sant Peire de Jauda Capitol 3 revirada

Je me levai. Quelle heure pouvait-il être? Peut être sept heures . Je me lavai tout nu . Nu , je m'étudiai une dernière fois devant le miroir de l'armoire. Je passai les habits.. L'évidence me sauta aux yeux. Jamais plus je ne mettrais les pieds dans cette chambre.
Je longeai les corridors . Je descendis les escaliers. A l'accueil je réglai ma note . Je me retrouvai sur le boulevard , en me demandant où aller? Pas besoin de chercher, près de hôtel, il y avait le « Bar Mirabeau ».
Un bar identique à tous les bars des petits matins. Avec un néon qui ne clignotait pas mieux que les autres. J'entrai. Les filles de la nuit étaient parties se reposer. Et personne ne pensait à réveiller le jukebox.
Je m'assis et demandai un café. J'étais donc libre. Pour la première fois de ma vie . Libre. Et pour toute la vie.
Du café, des croissants. Un pourboire à la serveuse. J'étais prêt. Je m'en allai à travers les rues. Je recherchai les ruelles les plus étroites. Rue du Port. Comment imaginer qu'il put y avoir un port à Clermont-Ferrand? Alors qu'il n'y coule pas le moindre ruisseau.
Ainsi je passai devant Notre Dame du Port : l'église. A moins que ce mot «  le Port » ne veuille signifier la fin de toute chose , la grande échelle de la mort... En ce qui me concerne Clermont-Ferrand était bien le Port. Mais pas encore , pas aujourd'hui. Notre Dame du Port lors de ce premier jour , je ne m'attardais pas à l'étudier. Pas plus que la silhouette plus lointaine de la cathédrale de pierres noires.
A force d'errer, et de cheminer au hasard , j'arrivai sur une place toute en longueur: qui me sembla être la plus belle place de Clermont-Ferrand. La Place de Jaude . Je la contournai. Je passai devant la statue de Vercingétorix l'ancêtre, campé sur son cheval. Avec de l'autre côté le général Desaix qui semblait le montrer du doigt.
Mais le plus beau spectacle se trouvait exactement en face de la statue de Vercingétorix, un bel immeuble haut de je ne sais combien d' étages . Avec à mi hauteur écrit en grosses lettre vertes : Chez Gem. L'homme le plus illustre de Clermont-Ferrand . Plus que Vercingetorix, ou Desaix , bien plus encore que Pascal, qui évalua le poids de l'air... Geminiani qui gagna une fois le tour de France cycliste .
Dans un coin de la place , plus bas se trouvait une église. Au premier coup d'œil elle me plut. J'allai dans sa direction. C'était seulement une église, pas un musée. Aux murs nus du dehors comme ceux d'une gare. Et au dedans rien qui puisse éveiller la curiosité , sauf peut -être le chœur.
Saint Pierre de Jaude. Je m'assis près du bénitier. Point pour prier ou adorer , mais seulement pour reprendre mon souffle. Une église demeure toujours ouverte. Chacun peut y trouver sa place. Devant l'autel ou dans un coin. Personne ne demandera jamais rien. Et Dieu se tait quand il nous observe...
Je sortis de l'église... Je ne savais pas ou aller. Revenir à la place ? Ou prendre l'une des deux rues qui se coupaient à angle droit au bas de l'escalier?
C'est alors que je vis la fille à ma gauche , juste au carrefour, tout près. Chemisier vert, jupe verte fendue , sac a main balancé à bout de bras... Si tôt le matin , en plein jour , dans l'attente? Elle m'avait vu elle aussi. Pendant que je sortais de l'église. Un coup d'œil, un rire , elle me héla...
Aussitôt je m'approchais , à la frôler. Non , non pas question, je ne voulais pas. Elle continuait de sourire et balançait le sac. Je la quittais. Je partis le long de la rue qui longe la nef de Saint Pierre... Et je tombais sur une autre fille tapie dans un recoin , au premier carrefour...
Toute la nuit j'en avais cherché une... A présent je venais d'en trouver deux... Il y en avait d'autres encore , certainement , qui avaient leur place réservée sur chaque trottoir. ..
Non . Pas question. Je les abandonnais. Non sans me retourner à de multiples reprises pour les observer. La rue s'élargissait . Je m'arrêtai en face d'un hôtel qui me parut être de bon standing: Hôtel Excelsior.
Ah! , c'est ici , me suis je pensé, qu'il me faut prendre une chambre. Je ne serai pas loin ainsi des perdrix, et je pourrai m'en offrir quand il me plaira.

samedi 2 juin 2012


LO LIBRE DELS GRANDS JORNS........... J BODON......................... A TOTS

J Bodon a décidé de s 'arrêter à Clermont Ferrand.... Pour y mourir... Il avait changé son plan en cours de route. .Il avait envisagé dans un premier temps , de « monter » jusqu'à Paris , pour s'affronter à la mort prochaine, à la défaite inévitable, sans témoin lors de son dernier combat.
Il dresse le bilan de sa vie. Un travail ignoré, voire méprisé, l'œuvre d'un écrivain majeur de
l' Occitanie du XX siècle , (si l'on songe une minute comment la France fête encore et toujours le moindre écrivaillon pourvu qu'il opte pour le français, ou participe , (tous frais payés,) à un quelconque Barathin de mots en Provence Ramondine). Bodon a voulu initialement se perdre dans le labyrinthe creux, des rues de la capitale, une ville d'oil à lui totalement étrangère. Mais à la suite de circonstances imprévues, d'une correspondance ratée , dira t-il , il posera sa valise en gare de Clermont-Ferrand.
D'ailleurs il se convainc assez vite, que cette ville lui ira tout aussi bien, lors de ces derniers instant de liberté, tels ceux d'un condamné favorisé, qui se serait vu offrir la possibilité de choisir le lieu de sa mort, sans qu'aucun public averti , ne soit en mesure d' apprécier le jeu de l'acteur . Ici, il n'y a pas de jeu . Il n'y aura que J Bodon et pas le moindre spectateur. Pas le moindre public ou aide, mise à part peut être celle intéressée de prostituées , ou celle encore plus factice des rencontres de bar. J Bodon se retrouve seul dans la vieille ville, comme il l'a voulu. Il sait que la fin est proche. Jamais il ne singera le poète maudit, qui se cache pour mourir . Il serait inconvenant de jouer le guignol au moment de mourir .
Il reste désespéré par le refus du peuple occitan de participer à son histoire , à sa langue. Il serait ridicule d'être le poète inconnu d'un pays, qui lui a abandonné la langue d'oc. Cependant il connaît la valeur de ce qu'il possède. Il aime à la folie le trésor littéraire, dont il se trouve être le dépositaire, et ne s'étonne plus de la stupidité de ses semblables , comme par exemple , celle du jeune d'Anatole qui chante, l'amour en rut, au comptoir du Bolero .
J Bodon arpente les rues du quartier vieux de la Place de Jauda , il mange , il boit , il regarde , il observe , il rêve, au Bolero, au Mickey Bar , à L'Excelsior , sans oublier l'existence de la maladie qui le ronge....
Il est victime de sa lucidité . Elle lui fait dresser le constat pessimiste de sa vie , de son combat , de ses rapports avec le milieu occitaniste ( qui ressemble à un dialogue de sourds ) , et évoquer le fossé qui le sépara jadis, à cause de son imaginaire , des nécessités matérielles de la vie de famille..(le pan dels mots) et qui brisa certainement son couple.
Il se retrouve naïf , maladroit . A vingt ans il s'est lancé dans une quête éperdue , il a voulu participer à l' élan incroyable, qui se manifesta en faveur de la langue d' oc, après Jasmin et le prix Nobel de Mistral. Mais il parlera dans le vide . Personne n'écoute personne dans le milieu occitan . Et même le Peuple , la valeur essentielle à ses yeux de marxiste , le laissera seul avec sa langue, que plus personne ne semble vouloir utiliser , même pour acheter son pain ( que me demòra entre los dets?).
Il reviendra sur son engagement marxiste, la folie, la solitude , la croyance jusqu'à l'absurde dans le progrès infini ......
Si j'avais eu un ennemi!!!! J'avais une force considérable ... J'aurai pu le terrasser....
Don Quichotte n'est pas si loin?
Je connaissais cinquante mille mots de langue d' oc . Je les ai recueillis tous ces mots , compilés, classés, et jamais personne n'est venu demander la clé de la bibliothèque . Je me suis immergé durant des années dans la fontaine vive de la poésie des troubadours . L'avez vous seulement lu le livre des Grands Jours ?
Le désespoir en écho devant la fontaine pétrifiante , quand il propose de se faire pétrifier à son tour :  
je t'ai aimé mon peuple ... Avec ta langue des Grands Jours....

vendredi 1 juin 2012

J Bodon Le livre des siècles de gloire


 Y a t-il un seul pays occidental où on a laissé crever les écrivains
d'une langue aussi glorieuse que celle  "des grands jorns" dans un tel mépris"...
Non il n'y a que la France pour cela .. Tout en continuant de défendre la diversité , le droit à la différence et la liberté des droits de l'homme .
COMEDIE  , COMEDIE COMEDIE COMEDIE COMEDIE COMEDIE


LO LIBRE DELS GRANDS JORNS... J BODON edicion A TOTS IEO

Revirada segonda : Lo Club. Page 41

Si l'on pouvait savoir ce qu'il faut faire , quel remède apporter ? Connaissant le besoin que nous avons de faire quelque chose , de trouver une solution ...
Cela me rappelle l'histoire des deux rats....
Deux rats tombèrent un jour dans un bidon à moitié plein de lait. Ils coulèrent jusqu'au fond. A force de nager ils parvinrent à la surface du lait . Ils essayèrent bien d'escalader les parois de métal et de se sauver . Mais le bidon était fait d'un aluminium tellement lisse ... Il s'avérait impossible d'y planter les griffes .
Combien de temps nagèrent -ils ainsi en décrivant des cercles ? Epuisé , le premier rat prit la parole et dit : «  mon frère , nous allons mourir . L'épuisement nous gagne. A se battre ainsi , nous ne pouvons que souffrir encore plus. Je crois qu'il vaut mieux en finir tout de suite. ... Adieu mon frère... »

Il cessa de se débattre . Il se laissa choir comme une pierre , et se noya. »
L'autre rat ne cessa pas de se démener . Il se disait: tant qu'il me restera un souffle de vie , je ne me laisserai pas mourir. Tant qu'il me restera un souffle je respirerai...
Et les heures s'égrenèrent, combien d'heures passèrent ainsi? ... Tant et si bien , qu'au matin le rat se retrouva sur une boule de beurre, tant il avait baratté le lait.
Le conte de ma grand mère n'y changera pas grand chose... Cependant quand on y pense, comment savait-elle , ma grand mère que le deuxième rat finirait par se sauver? Au bout du compte quand le patron le trouva , ne le donna t-il pas au chat?
Le passeur que l'eau emportait dans sa nef dépourvue de rames , de barre , serrait entre les dents un coquelicot . On ignore pour quelle raison? La nef chavira. Le passeur desserra les dents avant de couler , et le coquelicot vogua sur les flots. Ainsi finit-il par s'enraciner ..
C'est une autre histoire. Un revers de la destinée... Dans le désert , des chameliers , quelques milliers à peine , gardaient leur troupeau squelettique. Un prophète parla , pour les jeter à la conquête du monde... C'est ainsi que l'Arabe , la langue rude des bergers de l'Arabie se répandit sur la Terre depuis La Mecque jusqu'à la Chine et Gibraltar . Prioritairement la foi , et la langue suivit.
Mais ce ne fut pas pour la langue que les Arabes conquirent le monde . Ce fut pour répandre leur foi

Dans un réduit de montagnes , combien furent -ils a résister a l'invasion des arabes une grosse poignée de bucherons et de chasseurs. Ils parlaient castillan le dialecte le plus misérable de toute
l' Iberie. Et tous ces bucherons chrétiens reconquirent toute l'Espagne. Et ils la reconquirent au castillan. Ils écrasèrent le gaélique ainsi que le catalan. Après le royaume de Grenade ils s'élancèrent sur l'Océan à la suite de Christophe Colomb. A la recherche de l'or, a la recherche des terres...
Huit siècles avant Colomb , Oqba et ses cavaliers d'Allah sillonnaient le Maghreb qui plia. Seul l'Océan parvint à le stopper. Il planta son étendard sur la plage toute imprégnée de sel et cria: «  ici finit le monde ».
Mais à supposer qu' Oqba ; ou après lui ses héritiers , eussent pris la mer, ? Ils étaient de fins navigateurs . Ils auraient peut-être découvert l' Amérique . L’arabe serait aujourd'hui parlé a Lima et a Mexico...

Avec des si.... Toujours avec le si . Ce qui est arrivé est arrivé , comme cela devait être .. Il n'y a rien a dire de plus....
Qu'est ce qu'une langue? Un bruit. Je me moque que l'arabe se parle ici ou là . Quand je constate que je ne me sers pas seulement de ma langue pour acheter le pain , et encore moins pour faire l'amour....
Je sais bien , je sais. Il y a à peine cent ans de cela. Elieser Ben Yehoda sur le bateau qui le menait à la Terre Promise, jura qu'il ne parlerait plus que l'hébreu.: autant à sa femme qu'à ses enfants , aux marins comme à son chien... L'hébreu , une langue morte depuis plus de deux mille ans , grâce à cet illuminé retrouva vie. La langue d' òc attend toujours la venue de son illuminé....

«  alors , qu'est-ce que tu paies aujourd'hui? ... »
Je sursautai... Il y avait la main sur mon épaule... Je me trouvai au Club , un bar perdu de Clermont-Ferrand Je ne répondis pas . La fille m'abandonna... Elle regagna le coin où l'attendaient cinq de ses consœurs . Un homme trônait tenait une fille sur les genoux : la moins vêtue , la plus blonde . Et ils buvaient du Champagne à pleines coupes. Les filles riaient en produisant des sons de chouettes .

« Le curé de foutu con criait la blonde ... Le curé de.. » 
  • Mais non , la coupa l'homme tout doucement . Écoute .... Le cure de Foncotut dit au curé de Cotufont , si je n'étais pas curé de Foncotut , je serai curé de Cotufont . Et toi , tu ne serai pas curé de Cotufont , tu serais curé de Foncotut ...
  • - a con mis .... Et les filles se tordaient de rire ... Il a mis le con... »