lundi 14 juin 2010

CUBA J- 96 ESPERA FIDEL .

J-96 :CUBA SI



Cà y est. Que j'ai peté une durite pour CUBA.

FIDEL ESPERA

J'explique ? Fait un moment que je les guette en coin, les échappées belles cap a la perleta de las Caraïbas . Je n'y croyais plus.

E ièr de que trobèri sul net ? Une promo de chez OPODO en vol sec a 500 euro per anar e tornar . Comme je venai de recebre ma icarta bancaire , sabètz la que cambia de numerò cada còp, per s'aparar dels panaires... E ben l'ai estrenada . Quicòm coma un esternudament de 1000 eur`os. (dusca l'òs vòl dire) ( et ouaih ...)

J'ai simplemement voulu voir si elle « marchait ».

Cal dire que CUBA èra pas pròche .......................del mèu porta moneda e quitament luenh . Dusc' ara se parlava pas que de vòls secaros a 800 euros la passa.

Ma carte a fait ZWINNANNN et elle a marché.

Un angel passèt per miratge polit...

A 11 oras del ser , dubriguèri trionfant , la pòrta de la cambra e diguèri a Maria Francèsca mitat aconsomida , en brandiguent lo recebut :

-« Maria , pel còp los avèm .... ».

Me demandèt espantada

- « mas de qué? »

- « los bilhets electronics per Cuba................. e pas cars ... »

Al moment qu'o diguèri, sentiguèri que m'enganavi, qu'anavem pas de compas . Marie ne parut et ne voulut pas partager mon enthousiasme contagieux. Vertat que nous étions dans la phase 2 de la bipolarité.

FIDEL ESPERA QU'ARRIBI.

Ma Françonèta , ma perlòta sem anats a Nòva Iòrq ensems, sai que podem plan anar a La Habana. Non? Cal dire que fa bel temps que m'estrambòrda lo socialisme de la samba.

Me respondèt sornament :

- « auriás pogut me'n parlar... »

- « mas de que vòls .... que parli pas de longa, que de Cuba, o de Namibia per las bèstias salvatjas »

Per de dire. Qu'una injustícia las femnas!

Mas aquò 's complicat pels papièròts , que cal trapar una carta de torisme, una assegurança de santat personala e dire ont dormirem las doas primièras nuèches.

I a encara lo CUC , una mena de moneda que me soi pas encapar de comprendre lo ròtle e la valor...De que te sabi encara ieu?.

Bon m'enfin tu vois a l'extrême gauche de Cuba, pauvre i a un coin sauvage , dans la provinça de Pinar del Rio, avec un jardin sous l'eau et un autre sur la terre , avec dels milierats d'orquidaceas.


Bon c'est une piste . Et comme ça en survolant , je suis tombé sur Cayo Coco , et encore sur Cayo Largo , l'ile où E Hemingway écrivit lo viel òme e la mar. Oua ouf.

Ou le fotografe est bon ou je rêve .

Au point où j'en suis je ne sais pas si je vais louer une voiture, prendre le train , finir ou commencer par La Havane ou La Trinitat ou Cienfugos , la ville fondée parait-il des Bordelais esclavagistes . " On peut y admirer un neo classicisme franchimand et une symetrie polida , les rues sont à l'équerre..."

J'ai un problème avec la longueur de l'île, 1200 km.

Pareis que se cal mesfisar de las enganas cubanas . Cal crompar los cigaras e lo ròm dins los magatsins oficials.Je ne fume plus....................... mais il m'arrive d'avoir soif...

J'ai dit a Francesca qu'on pourrait danser , que toute la musica qui se danse vient de CUBA.

ESPERA FIDEL ...

Et moi qui danse comme un cheval...

Mais ambe le ròm oficial i arribarèm....

CUBA SI.

Demais je regarde le prix des bagnoles, la location qué!!!!!.

Espèra Fidèl...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire