vendredi 31 août 2007

G REBOUL- G REBOUL - G REBOUL-G REBOUL


De "La nòva istòria de la literatura occitana" R Lafont et C Anatole

Georges Reboul : nascut de Marselha 1901, format pel provençalisme roge de Marin e l’estetisme de Bernard. La sia lenga es la de Gelu. Jamai la plegara devers lo mistralenc. G Reboul es un orator proletarian sortit tot drech del Felibritge obrador.

Lo quite S A Peyre reconeguèt l’importancia del Calen , fogal d’animacion interlopa al còr de la ciutat.

Es presonièr en Alemanha mas ne’n torna fidèl a la sia morala libertari e laïca.

Georges Reboul es un òme quilhat, s’afoguèri del front populari, del surealisme el que proclamava de contunh le drech al benastre per totis , estrambordat perd el brandal del sèu desir. Reboul non foguèt pas jamai sol. Son amic : lo companh de luchar, ambe la femna aimada, ambe l’obrador.

A totes , liura la leiçon liuratriça sens orgulh, e sens umiltat. Que l’òme es la per destrigar lo monde a la sia mesura e que tota torçadura dins aquesta prèsa de possession es pas que messorga….

Georges Reboul : naquit a Marseille 1901 forme par le provencialisme rouge de Marin, l’esthétisme de Bernard. Sa langue est celle de Gelu. Jamais il ne la dévoiera en direction du rhodanien de Mistral. G Reboul est un orateur prolétarien sortit tout droit du Felibrige ouvrier.

Même S A Peyre « le défenseur de l’héritage de Mistral » reconnut l’importance du Calen , un foyer d’animation interlope au cœur de la cite.

Il est prisonnier en Allemagne mais en revient sans rien lâcher de sa morale libertaire et laïque. G Reboul est debout, s’enthousiasma pour le front populaire, le surréalisme, lui qui proclamait en permanence le droit au bonheur pour tous, enthousiaste aussi par les braises de son désir. Reboul ne fut jamais seul. Son ami : le compagnon de lutta, la femme aimée, l’ouvrier .

A tous il donne sa morale libératrice sans orgueil, et sans humilité. Que l’homme es la pour délivrer le monde a sa mesure, e que toute distorsion dans cette attitude est une trahison.

Alòr en susent solitari

Ais oras de cadena

Ai a l’escòla de l’òme

Destraucat mon destin

E res mi fa plus rèn

Per l’onor de mei jorns responsables

Franc de vos veire agromelits

Desdenhos dins vòstre esclavitud

Sènsa lo mot que sauva

Alòr esclati

Duèrbi mei rasons de la vida

E de l’umble cambarada

Deveni un grand estrangier

G Rebol aima la sia Provença d’ont disa que foguèt pastat.

Siau nat lòngtemps après ma naissènça

Siau sortit dau maridatge

D’aquela tèrra bruna amé mon esperit blond…

E dis encara

Mon esperit m’a bofat lo verai

E l’ai semenat dins aqueu triangle pregond

D’argela e de sabla , de còdols e de ròcasses.

Alors en peinant solitaire

Durant les heures de servitude

J’ai à l’école de l’homme

Decouvert mon destin

Et rien ne me touche plus

En l’honneur de ma vie lucide

Honnetement de vous voir couches

Incapables dans votre esclavage

De dire le mot salvateur

Alors je me libère

Et livre mes raisons de vivre

Et d’humble camarade

Je deviens un lointain étranger

G Reboul aime sa Provença de laquelle il est pétri .

Je suis né longtemps après ma naissance

Je suis bati du mariage

De cette terre noire avec mon esprit blond…

Et il dit encore

Mon esprit m’a soufflé la vérité

Et je l’ai semé dans ce triangle profond

D’argile et de sable, de galets et de rochers.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire