mardi 20 décembre 2011

la vie , istòria de sòmis......e totjorn la mòrt ganha


Cap de rasons de dire
la rason de la naissença, o de la mòrt,
Cap de rason de la vòstra  preséncia
Aicí amont. Al temps de la joventut
Que i a pas cap de naut. E cap d'en bas.
La vida se ritz, qu' es gaire risolièra .
sem arrenduts a l'estat de paquet
que van, sens cap d' amont
E sens cap de bas.
Sens camisa e sens bragas oè oè oè .
Coma soi pas un giroscòpi , una baudufa
Que teni al meu  anar.
Mas se tròba que  soi mens qu'un present .
E mas qu'una almòina
De l' anarquia dels còdas barras ,
quicòm com' un borron caput.
De tot biais , mai qu'una cocorda,
Qu'un riton de campanha
ambe escrich sul front : teunhe .
E que mòstra lo dessús e lo dejós.
Me donèt la vida  lo biais de téner
De sarrar las dents ,a se petar l' emalh
Marcham, agacham, escotam ,
Bastiguèri l'ostal. Tocam.
Cresi qu'es solida . La meuna casa.
Que degun se remembra qu'es de ieu,
Las talhas , los amics , los companhs,
Que l'ai bastida . La pichona salòpa , qu'es de ieu
E ieu l'ai oblidada , que me faguèt ça la vida :
lo còp d' amnesia ... Al nivèl de la cabeça; un trauc.
Que non sabi pas  mai çò que faguèri ambe las mans .
Fa bèl briu ... .
Cada matin me lèvi ambe los que se lèvan.
Per me levar pus e somiar mens. Me lèvi.
Levat que tot aquò se mescla al revèrs.
Somiar pus per se levar mens.....
Qual es la sorga del meu trebolament ?
Benlèu qu''ai trobat: lo pantais .
Marche dins la carrièra , compte los jonches,
Se lo pè se pausa sus un jonch : capite.
E los òmes d' artelhar sul trepador. .
Per gasanhar lo drech d' artelhar lo trepador .
Cròsi totjorn los meteis tipes .
Que prenon , sens pagar, la via .
M' acline sul pont.
Un cormoran a Garona , s' engola la pessilha.
Mentre que los joines s' engalatan la cervesa .
Prèp de l'ostal de retirada.
E que los cans s' arrapan pels aubres
A la parèt de l' ospici ?
E escampan l'aiga.
Al cap del band;  los mòrts crosan los mòrts.
Se congratulan .
L'ivèrn tomba sa cortina blanca.
Las èrsas blancas salivan .
La memòria demòra muda..
Son mòrts?
Quals?
Anatz morir!
Ieu?
Aquò's pas possible ... que sòmi
E que me vau jaire .
Vos òc.....
Je n'ai pas de raison d'évoquer,
la raison de ma présence, ici bas.
Ni d'évoquer non plus la raison d'être présent
Ici haut.
Il n'y a pas de haut . Il n'y a pas de bas.
Nous sommes rendus à l'état de colis
qui vont sans le haut .
Et sans le bas .
Sans chemises et sans pantalons ohé ohé ohé
Je ne suis pas non plus un gyroscope.
J'ai mon honneur.
Je suis moins qu'un paquet cadeau,
Dans la hiérarchie des codes barres,
Et plus qu'un potiron
Et plus qu'un curé de campagne
Avec marqué dessus fragile .
Et qui montre le haut et le bas .
J'ai pris l'habitude de résister .
De serrer les dents , à se péter l' émail.
Nous marchons , nous regardons , nous écoutons.
J'ai construit une maison . Nous touchons.
Je crois qu'elle est solide . Ma casa.
Mais personne ne se souvient qu'elle est de moi ,
Les impôts , les amics las mestressas.
Qui l'ai construite . La petite salope qu'elle est de moi.
Et moi même j'ai oublié , qu'elle m'a fait çà:
le coup de l'amnésie . .Au niveau de la tête.
Car je ne sais plus ce que j'ai fait de mes mains .
Çà fait trop longtemps ....
Chaque matin je me lève avec ceux qui se lèvent.,
Pour me lever plus et rêver moins.
A moins que ce ne soit l'inverse.
Quelle est la source de mon désarroi?
Voilà j'ai trouvé : c'est le rêve.
Je marche dans la rue , je compte les joints,
Si mon pied se pose sur un joint,
je gagne. Et les hommes d'arpenter le trottoir.
Pour gagner le droit d'arpenter les joints .
Je croise toujours les mêmes .
Qui usent sans payer de la voie communale.
Je me penche sur le pont .
Un cormoran sur Garonne , bouffe le fraie .
Pendant que des ados sucent la bière noire,
Près de la maison de retraite
pendant que leurs chiens escaladent les arbres.
La façade de l'hospice.
En pissant.
Au fond les morts croisent les morts .
Ils se congratulent .
Et l'hiver tombe comme un rideau blanc.
Les vagues blanches déferlent.
Ma mémoire ne me dira rien.
Ils sont morts .
Qui?
Vous allez mourir!
Moi?
Ce n'est pas possible puisque je rêve.
Et que je vais dormir.
Oui vous 

3 commentaires:

  1. Avui si que t'he entès perfectament... consultant de tant en tant la versió francesa.

    L'occità és una llengua molt bella i la puc entendre força bé, però no del tot.

    RépondreSupprimer
  2. He posat la traducció en francés jo també, al meu post que vas comentar.

    http://carmerosanas.blogspot.com/2011/12/font.html

    Gràcies per passar pel meu blog.

    RépondreSupprimer
  3. Merces Carme que ieu tanben , ai de comprendre melhor lo catalan.. Que cresi qualques còps d'ofar, e que m'engani plond.
    Coralament.

    RépondreSupprimer