jeudi 2 février 2012

a l'ora ont....



La vida, l'ombra, lo lum dins la vanèla,
Quora demòra pas qu'un frenís de jorn,
Coma l'alena brava d'un buòu al masèl,
Escalpra l' alba bèla, la florit de gelada ,
Quora cadun s' abeura l'uèlh de beltat e se cala,
Quitament al buf vispre de la vida ,
De qué servís la rosada tebesa que raja
al cap dels dets , sus las parets rasposas.
Me fugís ara lo nom estranh del benastre.
A l'ora ont s' òbron las tampadas .
E que dins lo solelh palle s' escantís,
L'ombra teunha de ta cabeladura ,
La pesada de teu còs sul meu.. 




La vie l'ombre, la clarté de la ruelle,
Quand il ne reste plus que le frémissement du jour
Pareille à l'haleine brave d'un bœuf à l'abattoir,
qui sculpte l'aube magnifique, la fleurit de gelée,
Quand chacun s'emplit de l'œil de beauté, et se tait ,
Comme s'il se trouvait en face du souffle amer de la vie,
A quoi peut-elle servir , la rosée tiède que jaillit
au bout des doigts , sur les murs râpeux.
Il me fuit à présent, le nom étrange du bonheur ;
A l'heure où ils ouvrent les volets .
Et qu'au soleil pale s'éteint
L'ombre fragile de ta chevelure
L'empreinte de ton corps sur le mien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire