dimanche 3 juin 2012

J BODON l'hôtel excelsior....Libre dels Grands Jorns


LO LIBRE DELS GRANDS JORNS  J BODON
IEO A TOTS
Sant Peire de Jauda Capitol 3 revirada

Je me levai. Quelle heure pouvait-il être? Peut être sept heures . Je me lavai tout nu . Nu , je m'étudiai une dernière fois devant le miroir de l'armoire. Je passai les habits.. L'évidence me sauta aux yeux. Jamais plus je ne mettrais les pieds dans cette chambre.
Je longeai les corridors . Je descendis les escaliers. A l'accueil je réglai ma note . Je me retrouvai sur le boulevard , en me demandant où aller? Pas besoin de chercher, près de hôtel, il y avait le « Bar Mirabeau ».
Un bar identique à tous les bars des petits matins. Avec un néon qui ne clignotait pas mieux que les autres. J'entrai. Les filles de la nuit étaient parties se reposer. Et personne ne pensait à réveiller le jukebox.
Je m'assis et demandai un café. J'étais donc libre. Pour la première fois de ma vie . Libre. Et pour toute la vie.
Du café, des croissants. Un pourboire à la serveuse. J'étais prêt. Je m'en allai à travers les rues. Je recherchai les ruelles les plus étroites. Rue du Port. Comment imaginer qu'il put y avoir un port à Clermont-Ferrand? Alors qu'il n'y coule pas le moindre ruisseau.
Ainsi je passai devant Notre Dame du Port : l'église. A moins que ce mot «  le Port » ne veuille signifier la fin de toute chose , la grande échelle de la mort... En ce qui me concerne Clermont-Ferrand était bien le Port. Mais pas encore , pas aujourd'hui. Notre Dame du Port lors de ce premier jour , je ne m'attardais pas à l'étudier. Pas plus que la silhouette plus lointaine de la cathédrale de pierres noires.
A force d'errer, et de cheminer au hasard , j'arrivai sur une place toute en longueur: qui me sembla être la plus belle place de Clermont-Ferrand. La Place de Jaude . Je la contournai. Je passai devant la statue de Vercingétorix l'ancêtre, campé sur son cheval. Avec de l'autre côté le général Desaix qui semblait le montrer du doigt.
Mais le plus beau spectacle se trouvait exactement en face de la statue de Vercingétorix, un bel immeuble haut de je ne sais combien d' étages . Avec à mi hauteur écrit en grosses lettre vertes : Chez Gem. L'homme le plus illustre de Clermont-Ferrand . Plus que Vercingetorix, ou Desaix , bien plus encore que Pascal, qui évalua le poids de l'air... Geminiani qui gagna une fois le tour de France cycliste .
Dans un coin de la place , plus bas se trouvait une église. Au premier coup d'œil elle me plut. J'allai dans sa direction. C'était seulement une église, pas un musée. Aux murs nus du dehors comme ceux d'une gare. Et au dedans rien qui puisse éveiller la curiosité , sauf peut -être le chœur.
Saint Pierre de Jaude. Je m'assis près du bénitier. Point pour prier ou adorer , mais seulement pour reprendre mon souffle. Une église demeure toujours ouverte. Chacun peut y trouver sa place. Devant l'autel ou dans un coin. Personne ne demandera jamais rien. Et Dieu se tait quand il nous observe...
Je sortis de l'église... Je ne savais pas ou aller. Revenir à la place ? Ou prendre l'une des deux rues qui se coupaient à angle droit au bas de l'escalier?
C'est alors que je vis la fille à ma gauche , juste au carrefour, tout près. Chemisier vert, jupe verte fendue , sac a main balancé à bout de bras... Si tôt le matin , en plein jour , dans l'attente? Elle m'avait vu elle aussi. Pendant que je sortais de l'église. Un coup d'œil, un rire , elle me héla...
Aussitôt je m'approchais , à la frôler. Non , non pas question, je ne voulais pas. Elle continuait de sourire et balançait le sac. Je la quittais. Je partis le long de la rue qui longe la nef de Saint Pierre... Et je tombais sur une autre fille tapie dans un recoin , au premier carrefour...
Toute la nuit j'en avais cherché une... A présent je venais d'en trouver deux... Il y en avait d'autres encore , certainement , qui avaient leur place réservée sur chaque trottoir. ..
Non . Pas question. Je les abandonnais. Non sans me retourner à de multiples reprises pour les observer. La rue s'élargissait . Je m'arrêtai en face d'un hôtel qui me parut être de bon standing: Hôtel Excelsior.
Ah! , c'est ici , me suis je pensé, qu'il me faut prendre une chambre. Je ne serai pas loin ainsi des perdrix, et je pourrai m'en offrir quand il me plaira.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire