vendredi 15 novembre 2013

bastir de Tolosa a Tripoli





BASTIR 2014 représente l'écho renouvelé de l'avance incroyable de la civilisation occitane le 6 Janvier 1189 , six siècles avant la pseudo révolution du 14 Juillet , qui n'aboutira jamais à une décentralisation réelle. La révolution de 1789 , de 93, et leurs avatars qui feront des élus les plus remarquables de l'Occitanie jusqu'à nos jours, des experts en subventions et réseaux d'influence.
Que dit cet événement du 6 janvier 1189 : «  que le comte de Toulouse Raymond V , au faîte de sa gloire, confirme aux capitouls et bourgeois de Tolosa, leur liberté municipale » tenez vous bien que «  les capitouls détiennent les prérogatives judiciaires, administratives, politiques, et économiques essentielles sauf celle de battre monnaie ».
La citation est de Denis Milhau conservateur en Chef au Musée des Augustins...
Que dit on à l'occasion de cette exposition commémorative du 6 janvier 1189 que l'évènement n'est qu'une « proposition de travail » mais « avec le parti pris de cette affirmation d'une originalité culturelle historique , d'une globalité impressionnante dans sa propre diversité , et l'éparpillement de sa complexité ».
Toulouse et son comté de Tripoli (au Liban) .... qui deviendra par la suite, une preuve du rayonnement français à venir au Liban, sans jamais reconnaître la moindre parcelle de prééminence toulousaine !!!!
Cette commémoration « évidente » pour les historiens, fut en son temps patronnée par D Baudis, futur président du CSA , l'organisme parisien, chargé (mais par qui au juste?) de distribuer les fréquences de chaînes de télévision, , qui ne trouva jamais la moindre place pour une télévision en langue d'òc, (Baudis fut l'archétype de l'élu occitan , perdu à Paris , perdu pour la culture de son pays, heureux dans sa langue de Molière,(molhèr) comme le sera cet élu de 2014 , de la défendre contre celle de Shakespeare, alors que les maîtres académiciens , les professeurs émérites des grandes écoles , la speakent sans état d'âme, et sont IN , comme tous les autres élus de partis d'obédiences parisiennes, à leur manière, qui ont pu  'accéder aux responsabilités (c'est à dire aux possibilités de se sustenter directement aux tétines flasques de la Louve républicaine) .
Aujourd'hui les choses apparaissent clairement d'un bout à l'autre du champ politique, de l'extrême gauche ( le président du FDG a refusé avec 6 autres élus français de voter pour le statut des langues régionales à Bruxelles), jusqu'à l'extrême droite du FN , en passant par les partis de gouvernement comme le PS ( voir les déclarations de Hollande et ses promesses ) ,UMP ( voir les déclarations de Nicolai sans avoir été sollicité) , les Verts ( cela fuse de tous côtés) , PCF ( cela fuse de tous côtés) , Radicaux, Bayrooniens , boorlooistes, tous sont d'accord : il ne faut pas toucher la constitution , car elle est trop belle, et ce serait trop difficile, ( à la chambre , au sénat , là où c'est bordeaux à tous les étages et retraite au bout de 5 ans) , tous donc , majoritairement les partis qui prennent leur source à Paris , n'ont pas pris le parti de la diversité . Sauf que le citoyen en a la nausée de toutes les affaires , et les combinaziones, et que nous voilà à la merci d'un Ducce ou plutôt d'une Duchessa fasciste ... Et cela avec la plus belle constitution du monde , que le monde nous envie et qui permet au président et à 40 tronches d'oeuf des Grandes écoles, promo Waterloo-Trafalgar- Beresina , de déclencher une guerre en Libye , au Mali, en Syrie, ou le feu nucléaire n'importe où, sans jamais consulter le peuple ...
L'occitan natif , celui qui n'est jamais sorti de son trou, apprécie le XV de « France », sans reconnaître ses couleurs. Souvent il ricane à propos de sa langue qui est interdite de cité. Il ne lui a manqué le plus souvent que de voyager un peu plus , de travailler dans la capitale , de reconnaître sa différence , et de méditer .............« heureux qui comme Ulysse ... ».
La culture occitane est toujours présente de Toulouse à Fortcalquièr . Elle a ses noms illustres de Cezanne , à Mistral prix Nobel , et tant d'autres . Cette langue d' òc peut se relever pour peu qu'on lui en donne un peu les moyens. Elle se dresse encore telle une plante vivace, en face de l'uniformité croissante de ce monde, comme elle se parlait dans les maquis . Elle se dresse devant la soif incompréhensible d'autodestruction qui constitue le premier pas sur la voie du fascisme , pendant que la francophonie n'en finit pas de discourir sur les scènes internationales à propos de la nécessité de protéger la diversité.
500 000 occitans sont morts pour sauver cette république, qui leur refuse la moindre reconnaissance.
L'académicien , le membre du Conseil Constitutionnel, du CSA, aiment à penser que le breton , l'occitan , le malien et tant d'autres , sont morts entre 1914 et 1918 pour parler français!

BASTIR n'est pas un parti politique , mais un collectif de citoyens qui propose de reprendre le flambeau de l'Indépendance Communale sur la base de contrats clairs et publics avec les partis de « gouvernement ». coma los davancièrs de 1189...
Rejoignez nous pour en décider !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire