mardi 31 décembre 2013

Universlisme français .... et bilan des années Mitterand e bona annada

.....L'invention de la culture nationale est directement liée à l'invention de l’État, la dimension nationaliste de la culture se masque dans le cas de la France , sous des dehors universalistes : la propension à concevoir l'annexion à la culture nationale comme propension à l'universel fonde aussi bien la vision brutalement intégratrice de la tradition républicaine ( nourrie notamment du mythe fondateur de la Révolution Universelle) que des formes très perverses d'impérialisme universaliste et de nationalisme internationaliste .
L'unification culturelle et linguistique s'accompagne de l'imposition de la langue et de la culture dominantes comme légitimes , et du rejet de toutes les autres dans l'indignité (patois) . L'accès d'une langue ou d'une culture particulière và l'universalité a pour effet de renvoyer les autres à la particularité ; en outre du fait  que l'universalisation des exigences ainsi instituées ne s'accompagne pas de l'universalisation de l'accès aux moyens d'y satisfaire, elle favorise à la fois la monopolisation de l'universel par quelques uns et la dépossession de tous les autres , ainsi mutilés en quelque sorte de leur humanité. 
P Bourdieu (raisons pratiques )

.... A partir  de la défaite de ses ambitions d'independance financière , l'homme qui avait entrainé au Panthéon tant d'espérances , devint le plus gaulliste des présidents  et prît le temps pendant un double mandat , de finir d'enfoncer la politique étrangère dans les coups manqués , la politique africaine dans un désordre colonialiste et d'énormes massacres , la politique de l'Elisée dans les scandales de cour, et sur ce , après avoir viré Mauroy, il choisit trois Premiers ministres, Fabius , Chirac, Rocard. La gauche tomba, le Parti communiste fut réduit à un fond de sac, la droite libérale prouva son incapacité à gouverner et le Front national monta. Sous ce règne très triste d'un chef d' Etat médiocre dans la manigance , pris par l'angoisse de la mort voisine, la société française muait. Et comme la classe politique tout occupée à maintenir ses avantages dans un duel des spécialistes du chaos , ignorait de plus en plus la réalité du pays , les citoyens avaient cessé de se fier à elle.  Et plus loin .....
En 1984 ....on ne peut plus croire à la France  ni à l'occitanisme...
extrait de R Laffont et l'occitanisme politique de G Tautil.


D'où , indique Lafont , l’impossibilité de croire à une refondation démocratique de la France ,  et comme seule issue pour l'Occitanie, et encore  à ses marges, l'intégration à l'une des  futures grandes régions européennes,  avec la Catalogne, qui est sur la voie de l'indépendance.  ( remarques :si les impérialismes de l'Angleterre , de l'Espagne , de la France réunis ne trouvent pas leur recettes habituelles à base de sang et de terreur) .
Pour Lafont l'espoir est surtout celui que portent les milliers de manifestants de Carcassonne , Béziers, Toulouse et encore plus fort l'espoir s'appelle Calandretas ...

Le but  étant avant tout la socialisation de la langue. 

Bona annada e bon BASTIR en 2014 la democracia occitana 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire